Fraude dans le milieu du football: les cinq choses à retenir de la journée de mercredi

Des perquisitions à La Gantoise. @Belga
Des perquisitions à La Gantoise. @Belga

La journée de mercredi fut mouvementée. Mais que faut-il réellement en retenir ?

1.

Mercredi, une quarantaine de perquisitions ont été menées en Belgique et plusieurs figures importantes du football on été interpellées, dont l’un des agents de joueurs les plus influents du pays, Mogi Bayat, l’ancien manager d’Anderlecht, Herman Van Holsbeeck, l’entraîneur du club vainqueur du dernier championnat, Ivan Leko (qui a passé la nuit en prison), et deux arbitres de premier plan, à savoir Sébastien Delferière et Bart Vertenten.

2.

Les recherches étaient aussi effectuées aux sièges de plusieurs clubs de football actifs en Pro League : Anderlecht, Standard, Bruges, Genk, Gand, Courtrai, Lokeren, Ostende, et Malines. Au Standard, des contrats liés à des transferts impliquant Mogi Bayat (Obbi Oulare, Michel Preudhomme, Dino Arslanagić) ont été saisis. De plus, des perquisitions ont été effectuées chez un ancien avocat (Laurent Denis), dans un bureau comptable, chez un entraîneur, chez des journalistes et chez quelques complices éventuels.

3.

Parallèlement, à la demande du juge d’instruction, plusieurs perquisitions étaient également effectuées à l’étranger, notamment en France, au Luxembourg, à Chypre, au Monténégro, en Serbie et en Macédoine.

4.

Certains agents de joueurs, indépendamment les uns des autres, auraient mis en place des transactions qui dissimulaient, aux autorités belges et aux autres parties impliquées, des commissions. Des commissions qui portaient sur les transferts de joueurs, sur les salaires de joueurs et d’entraîneurs ainsi que d’autres paiements.

5.

Au cours de l’enquête, des indications d’influence possible sur les matchs de la saison de compétition 2017-2018 sont apparues. Le parquet fédéral a alors demandé au juge d’instruction d’étendre son instruction à ces faits. Ces rencontres de D1 ont notamment soulevé des interrogations : Courtrai – Mouscron (0-2) – 12 mars 2017, SC Charleroi – Gand (2-1) –27 octobre 2017, Eupen – Mouscron (4-0) – 11 mars 2018.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Je pars avec un pincement au cœur, un gros pincement, vous vous en doutez…
»

    Benoît Lutgen au «Soir»: «Je quitte la présidence du CDH»

  2. Partisans et adversaires du Brexit mêlés devant le Parlement, sous la statue de Winston Chrchill, peu avant le vote
: un moment historique...

    Le Brexit plus que jamais dans l’impasse

  3. La proclamation officielle du résultat de l’élection présidentielle n’a pas entamé la détermination des partisans de Martin Fayulu - ici, lors d’une manifestation à Kinshasa, vendredi dernier.

    RD Congo: des fuites révèlent la victoire de Martin Fayulu

Chroniques
  • Le changement, l'obsession des slogans politiques

    Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

    «  Pas de revirement  » était le slogan du Premier...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

    La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

    Mais aujourd’...

    Lire la suite