Changer de chaudière pour un meilleur rendement et des économies…

En Belgique, une chaudière au mazout sur deux a plus de vingt ans. Or, les nouvelles installations à condensation consomment jusqu'à 30 % de moins. Le potentiel d'économies est donc considérable.

Voici vingt ans, les ampoules à incandescence équipaient encore la majorité de nos lampes. Par la suite, sont apparues les halogènes, qui consommaient 30 % de moins. Puis, les fluocompactes poussèrent l'économie jusqu'à 80 %. Aujourd'hui, les LED font encore mieux avec un bilan réduit de 90 %. Ce petit exemple démontre qu'il n'est pas sage de conserver des technologies anciennes trop longtemps.

Des chaudières au mazout vieilles de vingt ans, on en rencontre encore beaucoup dans les caves du pays. Une sur deux, en fait. Contrairement aux lave-vaisselles, machines à lessiver et autres télévisions, le passage à la génération suivante reste, ici, peu fréquent. Pourtant, des arguments plaident en ce sens. A commencer par les économies d'énergie que procurent les nouvelles chaudières : jusqu'à -30 %.

Un saut technologique
Le nouveau standard est la chaudière à condensation. Son principe ? Elle récupère les gaz issus de la combustion au lieu de les évacuer directement par la cheminée comme le font les chaudières classiques. Ces gaz sont constitués partiellement de vapeur d'eau. Ils sont envoyés dans un échangeur qui en extrait la chaleur. L'opération a pour effet de condenser ladite vapeur, ce qui produit de l'eau un peu acide. Cette chaleur va ensuite renforcer le système de chauffe principal. Cela permet d’améliorer le rendement. Un peu comme un moteur turbo !

Et il est encore possible de réduire votre consommation. Jusqu'à -50 % ! Pour cela, il convient de bien isoler votre maison et de profiter aussi des énergies renouvelables. Car, oui, une nouvelle chaudière au mazout peut être combinée avec un boiler solaire ou une pompe à chaleur. Elle ne fonctionne alors que quand les énergies renouvelables ne sont pas suffisantes.



Quels gains espérer ?
Pour découvrir les économies possibles par rapport à une ancienne chaudière, Informazout a mis au point un simulateur. En encodant les données de votre habitation, de votre famille et de vos besoins en chaleur, le calcul peut être précis. Ce simulateur donne également l'investissement à consentir, de même que le délai dans lequel vous pouvez amortir ce montant.

Reste une dernière question : au moment de remplacer votre vieille chaudière, ne vaut-il pas mieux se tourner vers le gaz, l'électricité, le poêle à pellets ou une pompe à chaleur ? Informazout a chargé un bureau d'études (Ph. Deplasse & Associés) de mener une étude des coûts globaux des différents types d'énergies pour un logement type sur une période de 15 ans. Ce logement type est une maison de 180 m² à 3 façades habitée par 4 personnes. Conclusion ? La chaudière au mazout à condensation s'avère le choix le plus économique... Bref, la chaudière au mazout n’a pas dit son dernier mot.

La UneLe fil info Partager
Sommaire