Fraudes dans le football belge: «Le KV Malines n’a jamais pris d’initiative pour truquer un match», se défend le président du club

Photo News
Photo News

Au terme de la réunion tenue avec la direction du FC Malines, le président Johan Timmermans a nié que le club ait jamais pris part au trucage de matches. « Nous prenons nos distances par rapport à quelque initiative que ce soit prise par des individus au sein du club », a-t-il dit à la presse. « Nous devons maintenant attendre la suite de l’enquête. Nous allons, en tant que club, nous constituer partie au dossier afin d’y avoir accès ».

M. Timmermans souligne que s’il s’est passé quelque chose, ce ne peut être qu’à l’initiative de l’une ou l’autre personne. « En tant que club, nous n’avons rien à voir avec ça ».

Il est néanmoins impossible de nier que trois administrateurs ont été entendus par la justice. « Mais il faut encore prouver quelle a été précisément leur participation. Ce n’est pas parce que le parquet a des soupçons, que la chambre du conseil confirme via un mandat d’arrêt qu’une condamnation suit. C’est l’enquête qui doit démontrer cela et nous allons y collaborer ».

Les supporters devaient, eux, recevoir des éclaircissements aux alentours de 19h00 au stade, a encore fait savoir la direction.

Le coach néerlandais Dennis van Wijk, en place au FC Malines au moment des matches suspectés d’avoir été achetés, est étonné des soupçons du parquet fédéral à l’encontre de quatre membres du conseil d’administration du club, soupçonnés d’avoir tenté d’influencer deux matches de championnat. « Je suis tombé de ma chaise en entendant la conférence de presse du parquet fédéral », a encore dit Dennis van Wijk. L’entraîneur a aussi dit qu’il n’avait aucun souvenir du match en question (FC Malines/Waasland-Beveren, NDLR). « L’arbitre (Bram Van Driessche, NDLR) a fait un bon match. Nous avons bien joué, le gardien adverse, Davy Roef, a fait quelques arrêts importants ». L’agent de joueurs Veljkovic, figure clé dans cette enquête, ne lui rappelle rien. « Je n’ai jamais vu cet homme au FC Malines. Mais les bureaux administratifs se trouvent loin des vestiaires, évidemment ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Footbelgate
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Belga

    Par VINCENT JOSÉPHY

    Division 1B

    Malines (temporairement?) de retour en D1A

  • @Belga

    Par Belga

    Division 1B

    D1B: Beerschot Wilrijk marque le pas face à Roulers (1-1) et ouvre la porte à Malines

  • Le «
Lion of Judah
» émerveille les Unionistes depuis son arrivée.

    Par Vincent Miller

    Division 1B

    Percy Tau, la force de l’Union Saint-Gilloise

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

Chroniques
  • Élections 2019: Jan Jambon, le vegan patron boucher

    Jan Jambon, Premier ministre ? Mais c’est comme si on mettait un vegan à la tête d’une boucherie ! » Et voilà donc ce que twittait ce lundi un facétieux, suite à l’interview au Nieuwsblad où Jan Jambon annonçait sa détermination à devenir Premier ministre de la Belgique. L’idée avait bien été déjà balancée il y a quelques semaines en marge de l’annonce par Bart De Wever de sa candidature comme ministre-président de la Flandre. Le président de la N-VA avait alors poussé l’un de ses meilleurs ex-soldats au fédéral à faire un coming out : « Mais dis-le que tu es candidat à devenir Premier ministre ». Jan Jambon, un peu gêné, avait pouffé puis confirmé, tout le monde avait ri et on était passé à autre chose.

    Mais voilà, c’est de retour ! Et cette fois, de...

    Lire la suite

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite