De meilleures conditions de crédit pour les entreprises durables

Les entreprises durables ne dépendent pas d’activités menacées et profitent même d’un potentiel de croissance appréciable. Elles sont aussi moins risquées, ce qui explique que les banques leur accordent de meilleures conditions de crédit.

Voilà 25 ans que les banques tiennent compte des risques environnementaux lorsqu’elles octroient un crédit à une entreprise. Selon l’institut McKinsey, cette tendance se durcira à l’avenir pour inclure et renforcer l’ensemble des critères environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance (ESG). L’explication est assez simple : l’évolution de la régulation alourdit les risques pesant sur les entreprises qui ne s’engagent pas dans la voie du développement durable. Les plus vertueuses bénéficient donc de meilleures conditions de crédit.

Des thèmes porteurs
Ces risques ESG sont également importants pour les investisseurs. Le dieselgate a déjà coûté quelque 26 milliards au groupe Volkswagen qui souffrait de faibles notes de durabilité avant cette affaire. Les agences spécialisées sanctionnaient ainsi sa faible implication environnementale et sa piètre gouvernance, ce qui a sans doute contribué à amplifier le scandale.

A contrario, les secteurs ayant un impact positif sur la société comme les énergies renouvelables, la microfinance ou la gestion de l’eau bénéficient des politiques liées aux 17 objectifs de développement durable des Nations unies. L’Europe s’est ainsi engagée à atteindre 20 % d’énergies renouvelables en 2020 et 27 % en 2030, à recycler ou réemployer 50 % des déchets municipaux en 2020 et 65 % en 2030. Face à l’accroissement de la population mondiale, on constate que les autorités ont de plus en plus recours aux services de sociétés privées pour la gestion des déchets ou l’approvisionnement en eau.

Moins d’amendes, plus de bénéfices
Les fonds durables globaux, dits « best-in-class » car ils investissent dans les entreprises les plus performantes sur les critères ESG dans chaque secteur, ne profitent pas directement de ces réglementations. Cependant, elles évitent les risques qui en découlent comme les amendes (environnementales, pour non-respect des lois anti-blanchiment…), les retraits de permis d’exploitation ou les sanctions pour fraude fiscale.

Grâce aux meilleures conditions de crédits, les entreprises durables bénéficient de charges financières réduites. Elles ont une meilleure image auprès des consommateurs, tout particulièrement des plus jeunes, plus sensibles à cette problématique.

Les études montrent que les entreprises qui promeuvent la diversité sont plus performantes, bénéficiant de toutes les compétences disponibles. Une large enquête internationale a notamment démontré que les entreprises où les femmes occupent 30 % des postes de direction affichent en moyenne un bénéfice 15 % supérieur à celles où tous les directeurs sont des hommes.

À noter que les fonds durables évitent aussi les secteurs particulièrement néfastes pour la société comme l’industrie du tabac qui voit ses perspectives menacées par la hausse des prix et la possible réduction obligatoire de la teneur en nicotine des cigarettes aux États-Unis – ce qui les rendrait moins addictives.

Découvrez comment donner une nouvelle dimension à vos investissements sur le site d’ING dédié à l’investissement durable.

La UneLe fil info Partager