Accueil Société

Pour la FGTB, la pension à mi-temps pénalisera les femmes et les bas salaires

Pour le syndicat socialiste, prester à mi-temps à la fin de sa carrière en étant pensionné est moins intéressant que de prendre un crédit-temps à mi-temps.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Vendredi passé, le gouvernement fédéral a approuvé l’avant-projet de loi instaurant la pension à mi-temps pour le secteur public. Un préalable avant la négociation avec les représentants syndicaux des fonctionnaires. Mais l’objectif de Daniel Bacquelaine (MR), ministre des Pensions, est d’étendre ce régime au secteur privé et aux indépendants. Le point sera d’ailleurs à l’ordre du jour du comité de gestion du Service fédéral des pensions, le 22 octobre prochain. La FGTB, elle, a déjà son opinion sur la copie du ministre.

« Nous avons reçu les textes et nous avons la confirmation que ce sont les mêmes qui vont faire les frais de la réforme, résume Jean-François Tamellini, secrétaire fédéral de la FGTB. Autrement dit, les femmes et les bas salaires qui y perdront par rapport au régime actuel de crédit-temps, que le gouvernement a rendu accessible à partir de 60 ans. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs