Mobilisation contre le racisme à Berlin: «Pas de place pour les Nazis»

© AFP
© AFP

Des dizaines de milliers de personnes ont envahi le centre de Berlin samedi pour protester contre la haine et le racisme après les récents dérapages xénophobes dans l’est de l’Allemagne qui avaient choqué le pays.

Quelque 242.000 manifestants ont répondu présent, a annoncé le collectif #unteilbar (indivisible) qui avait dit miser sur quelque 40.000 participants.

La police berlinoise n’a pas donné de chiffres précis, parlant simplement de « quelques dizaines de milliers ».

« Dites-le fort, dites-le clairement, nous sommes tous indivisibles ! », ont scandé les participants en défilant sous un soleil radieux et par des températures estivales au cœur de la capitale, avant de rejoindre l’emblématique Porte de Brandebourg où une scène avait été montée.

De célébrités de la scène musicale allemande vont se produire jusqu’en début de soirée lors de concerts entrecoupés de discours de responsables de multiples Organisations non gouvernementales.

Quelque 900 membres des forces de l’ordre encadraient l’événement qui s’est déroulé sans incident, a ajouté la police en fin d’après-midi.

« Pas de place pour les Nazis », « le sauvetage en mer n’est pas un crime », « plus d’amour, moins de haine », figuraient notamment sur les pancartes.

Le collectif #unteilbar est composé de diverses ONG, artistes ou personnes privées. Des milliers de personnes avaient déjà manifesté dans les rues de Hambourg ou encore Munich ces dernières semaines.

S’y sont joints aussi des syndicats et organisations religieuses ou caritatives.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique