Mobilisation contre le racisme à Berlin: «Pas de place pour les Nazis»

© AFP
© AFP

Des dizaines de milliers de personnes ont envahi le centre de Berlin samedi pour protester contre la haine et le racisme après les récents dérapages xénophobes dans l’est de l’Allemagne qui avaient choqué le pays.

Quelque 242.000 manifestants ont répondu présent, a annoncé le collectif #unteilbar (indivisible) qui avait dit miser sur quelque 40.000 participants.

La police berlinoise n’a pas donné de chiffres précis, parlant simplement de « quelques dizaines de milliers ».

« Dites-le fort, dites-le clairement, nous sommes tous indivisibles ! », ont scandé les participants en défilant sous un soleil radieux et par des températures estivales au cœur de la capitale, avant de rejoindre l’emblématique Porte de Brandebourg où une scène avait été montée.

De célébrités de la scène musicale allemande vont se produire jusqu’en début de soirée lors de concerts entrecoupés de discours de responsables de multiples Organisations non gouvernementales.

Quelque 900 membres des forces de l’ordre encadraient l’événement qui s’est déroulé sans incident, a ajouté la police en fin d’après-midi.

« Pas de place pour les Nazis », « le sauvetage en mer n’est pas un crime », « plus d’amour, moins de haine », figuraient notamment sur les pancartes.

Le collectif #unteilbar est composé de diverses ONG, artistes ou personnes privées. Des milliers de personnes avaient déjà manifesté dans les rues de Hambourg ou encore Munich ces dernières semaines.

S’y sont joints aussi des syndicats et organisations religieuses ou caritatives.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite