L’ouragan Leslie menace le Portugal et l’Espagne (vidéo)

L’ouragan Leslie menace le Portugal et l’Espagne (vidéo)

De fortes bourrasques ont commencé a souffler samedi soir au Portugal, placé en alerte rouge à l’approche de l’ouragan Leslie, qui menaçait d’être le plus puissant à frapper le pays depuis 1842, avant de se diriger vers l’Espagne voisine.

Ouragan qualifié par les experts de «zombie», car il errait au-dessus des eaux de l’océan Atlantique depuis le 23 septembre, Leslie a mis le cap sur la péninsule ibérique et devait toucher terre dans la région de Lisbonne dans la nuit de samedi à dimanche, passant alors à la catégorie de «tempête post-tropicale».

«Le système météorologique a perdu en intensité mais il a gagné en vitesse. Il va donc arriver un peu plus tôt que prévu et un peu plus au nord de Lisbonne que prévu», a déclaré le commandant de la protection civile Luis Belo Costa, lors d’un point presse.

La trajectoire exacte de Leslie restait toutefois incertaine en raison notamment d’une autre tempête qui s’approchait de la région, venue du nord. Dans le centre de Lisbonne, la situation restait calme mais les conditions météorologiques s’aggravaient d’heure en heure.

En prévision de vents violents et de fortes pluies, avec des rafales pouvant atteindre les 120 km/h, treize des dix-huit districts du territoire continental portugais ont été placés en alerte rouge.

« Une nuit très compliquée »

La protection civile a recommandé à la population de s’éloigner des zones côtières et d’éviter de quitter son domicile. La nuit de samedi à dimanche serait la période la plus critique, a souligné le commandant Belo Costa en mettant en garde contre le risque d’inondations côtières, de chute d’arbres et de dégâts aux réseaux d’énergie et de télécommunications.

L’autorité maritime a conseillé aux pêcheurs qui se trouvaient en mer de rejoindre le port le plus proche et la compagnie aérienne TAP Portugal a annulé sept vols au départ ou l’arrivée de Lisbonne.

«Nous nous attendons à vivre une nuit très compliquée surtout à cause du vent, qui va augmenter de façon très forte et très rapide. C’est quelque chose à laquelle nous ne sommes pas habitués», a prévenu le capitaine du port de Setubal, Nicholson Lavrador, à la chaîne de télévision publique RTP.

«Nous ne savons pas quel sera l’impact réel et concret, donc nous prônons la prudence», a déclaré aux médias le maire de Lisbonne, Fernando Medina, en disant s’attendre lui aussi à vivre «des heures exigeantes».

Avant la tombée de la nuit, la mer avait commencé à se déchaîner sur les plages situé au sud de la capitale portugaise, tandis que des surfeurs voulant défier la houle grossissante recevaient l’ordre de revenir sur le rivage, a constaté une photographe de l’AFP.

De rares précédents

Selon les registres météorologiques cités par les experts, seuls cinq ouragans sont arrivés dans cette partie de l’océan Atlantique et Leslie serait le puissant à atteindre le Portugal depuis 1842.

Au cours de ces 176 dernières années, seul l’ouragan Vince a touché terre en péninsule ibérique, dans le sud de l’Espagne, en 2005.

En octobre 2017, les vents violents et la vague de chaleur amenés par l’ouragan Ophelia, passé au large du Portugal et de la région espagnole de Galice, avaient attisé des feux de forêt qui ont fait une quarantaine de morts.

Ophelia avait ensuite touché terre en Irlande sous forme de tempête post-tropicale, tuant trois personnes.

Selon un communiqué émis samedi par l’agence météorologique espagnole Aemet, Leslie arrivera en Espagne dimanche au petit matin, pouvant provoquer des rafales de vent de 100 km/h dans l’ouest du pays.

«On attend des tempêtes dans le sud et à l’est qui pourraient être très fortes localement et qui dépendront de l’évolution de l’ouragan Leslie», a précisé la protection civile.

L’Espagne vient d’être très sévèrement touchée par de fortes précipitations à Majorque, où 12 personnes sont mortes dans des inondations mardi.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite