Basket: le Brussels laisse échapper la victoire face à Alost

Serge Crevecoeur et les Bruxellois frustrés.
Serge Crevecoeur et les Bruxellois frustrés. - Photonews

Décidément, le Brussels aime le suspense et les retours. Après le thriller face à Ostende dimanche dernier (83-84), c’est à Alost que les hommes de Serge Crevecoeur ont joué un match dont le dénouement s’est joué sur des détails, dans les derniers instants de la rencontre.

Une fois de plus, tout n’avait pas commencé sous les meilleurs auspices, comme en témoignent les 19 points de Zach Thomas (à 75 % de réussite, 3/5 à 3pts) en un seul quart-temps ! Plus rapides, mieux organisés, les Okapis semblaient plus à l’aise que les Bruxellois. De l’autre côté, les hommes de Serge Crevecoeur avaient un peu plus de mal à développer leur jeu, et le ballon ne roulait pas en leur faveur. Ils n’étaient pourtant menés « que » de 9 points à la mi-temps (47-38).

Une fin de match rebondissante

Pour pouvoir viser la victoire, le Brussels devait changer des choses et retrouver son intensité défensive qui fait sa fierté et son style de jeu. Chose faite, le retour au score était effectif. Le 3+1 de Loubry offrait même le leadership aux siens (52-54) pour la première fois du match. À 68-75, on pensait le Brussels sur le chemin de la victoire mais quelques petites erreurs s’accumulaient, Alost revenait donc à 76-78. Ensuite, même un scénariste n’aurait pas pu écrire la fin de match. Radic faisait 1/2 aux lancers francs, et derrière Casero-Ortiz manquait une occasion d’égaliser. 76-79, balle au Brussels, une vingtaine de secondes à jouer et faute sur Loubry : le spécialiste du shoot « n’a plus qu’à »… mais il fait 0/2 ! Derrière, Stevens commettait faute sur Thomas à 3 pts. L’Américain ne se privait pas pour faire 3/3 et égaliser à 6 secondes du terme. Au buzzer, le tir de Chris Smith, bien esseulé par Loubry rebondissait sur l’anneau ! En prolongations, c’est Alost qui tirait son épingle du jeu, le 3 pts de Thomas (37 points au final) à 89-82 scellant le destin du match.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite