Communales 2018: huit millions d’électeurs appelés au vote dès 8h

© Pierre-Yves Thienpont/Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont/Le Soir

Les bureaux de vote ouvrent ce dimanche à 8h du matin dans les 589 communes du royaume. Plus de 8 millions d’électeurs sont appelés à renouveler 581 conseils communaux (en Flandre, 15 entités fusionnent pour en former 7 nouvelles), ainsi que les 10 conseils provinciaux pour ceux qui habitent en Flandre ou en Wallonie.

En Wallonie, où l’on vote sur papier à l’exception de la Communauté germanophone (vote électronique), les bureaux fermeront partout à 13h.

Ce sera également le cas dans les communes de Flandre où l’on vote sur papier. Mais dans les 163 communes flamandes où le vote est électronique, l’ouverture des bureaux est prolongée jusqu’à 15h.

Quant aux électeurs des 19 communes de la Région bruxelloise, ils ne votent que pour l’échelon communal, en l’absence de province. Ils peuvent pour leur part accomplir leur devoir civique jusqu’à 16h, tous de manière électronique.

130.559 non-Belges inscrits

Au total, 8.135.774 électeurs sont appelés aux urnes, dont 130.559 non-Belges inscrits, qui ne peuvent voter que pour les communales.

La diversité du pays se traduit dans plusieurs spécificités locales. Ainsi à Anvers, les électeurs doivent aussi renouveler les conseils de districts, niveaux administratifs infra-communaux. Dans huit communes à facilités (les six de la périphérie bruxelloise, plus les Fourons et Comines-Warneton), les citoyens élisent directement les conseillers de CPAS.

A Zuienkerke (Flandre occidentale), le scrutin communal n’aura tout simplement pas lieu, car une seule liste y a été présentée. Les candidats sont donc immédiatement élus et désigneront entre eux le bourgmestre. Ce sera le bourgmestre sortant, ont-ils déjà annoncé.

La procédure n’est pas la même au sud du pays : dans les six communes wallonnes à liste unique (Verlaine, Attert, Vaux-sur-Sûre, Chiny, Rouvroy et Bièvre), le passage dans l’isoloir reste nécessaire pour permettre de désigner comme bourgmestre le candidat ayant récolté le plus de voix, conformément à la législation régionale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite