Accueil Société

Salah pleurait comme un enfant: «Ne me balance pas»

Après les attentats du 13 novembre à Paris, Salah Abdeslam était en pleurs et suppliait ses complices venus le chercher de ne pas le balancer. C’est ce que révèle le PV d’auditions d’Hamza Attou que Le Soir s’est procuré.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

N e me balance pas. » C’est ce qu’a répété «  plusieurs fois  » Salah Abdeslam à l’un des deux chauffeurs qui lui ont permis d’échapper à la police dans la nuit du 13 au 14 novembre. C’est en tout cas ce que révèle le PV d’auditions d’Hamza Attou, dont le contenu a été dévoilé dimanche par le Parisien et que Le Soir s’est également procuré.

Les propos qu’il a échangés avec ses deux complices, cette nuit-là, en disent long sur son état d’esprit et semblent confirmer l’hypothèse que, pour Salah, quelque chose ne s’est pas déroulé comme prévu ce soir-là. Alors que quelques heures plus tôt, le terroriste français fauchait à Paris d’innocentes victimes (pour mémoire, Salah fait partie du commando des terrasses), c’est un individu en totale panique que Mohamed Amri et Hamza Attou sont venus récupérer à Paris.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs