Elections en Bavière : revers historique pour les alliés de Merkel

L’Alternative pour l’Allemagne (AfD), parti d’extrême droite anti-Merkel et anti-migrant, rentre dans le parlement régionale. Photo DPA
L’Alternative pour l’Allemagne (AfD), parti d’extrême droite anti-Merkel et anti-migrant, rentre dans le parlement régionale. Photo DPA

L’Union chrétienne-sociale, «parti frère» de la CDU de Mme Merkel qui domine la région depuis les années 1950, arrive certes en tête aux régionales, mais son score d’environ 35-36% a tout d’une débâcle politique, selon les projections des chaînes publiques ARD et ZDF. Elle perd une douzaine de points par rapport à 2013, sa majorité absolue, et va être obligée de chercher une alliance inconfortable avec une ou plusieurs formations. Autre mauvaise nouvelle pour Mme Merkel, l’autre membre de sa coalition gouvernementale, les sociaux-démocrates du SPD, subissent une gifle (9,5% des voix).

Les gagnants du scrutin sont les Verts, 2e avec 18-19%, et l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), parti d’extrême droite anti-Merkel et anti-migrant (11%) qui se retrouve au coude-à-coude avec les Freie Wähler, des conservateurs bavarois indépendants (11,6%). Les Libéraux du FDP (5%) ferment la marche.

Ces résultats n’ont rien pour rassurer la chancelière, d’autant que son propre parti, la CDU, fera face à un scrutin ardu le 28 octobre en Hesse, Land que les conservateurs dirigent en coalition avec les écologistes. «C’est un avertissement pour la CDU et c’est pourquoi notre priorité des deux semaines à venir doit être la Hesse», a dit dimanche la secrétaire-générale du parti Annegret Kramp-Karrenbauer, à la veille d’une réunion de la direction des chrétiens-démocrates dont Angela Merkel.

Les élections en Bavière et en Hesse ne sont pas anodines pour la chancelière qui doit affronter en décembre un vote de militants pour être reconduite à la tête de la CDU.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous