Footbelgate: Bayat, Denis et Veljkovic à nouveau auditionnés ce lundi

Mogi Bayat est emprisonné depuis vendredi dernier  à Louvain.
Mogi Bayat est emprisonné depuis vendredi dernier à Louvain. - Belga.

Après la déflagration de mercredi dernier et la vaste opération lancée par la justice pour fraude, blanchiment d’argent et trucage de matchs, le week-end a été assez calme après le grand déballage des premières heures. Mais un nouvel élément est venu se greffer à ce dossier mammouth. Le Cercle de Bruges a demandé à la justice d’ouvrir une enquête sur la rencontre qui opposait les Brugeois au FC Malines le 15 mars 2015. «  Les révélations de cette dernière semaine placent ce match sous une nouvelle lumière, a écrit le Cercle de Bruges dans un communiqué. Il est intéressant que les instances concernées lancent une enquête sur le déroulement de ce match qui a eu une issue dramatique pour le Cercle de Bruges.  »

De 0-2 à 2-3 en moins de trois minutes

À l’époque, Malines était mené 2-0 au stade Jan Breydel jusqu’à la 88e minute et avait renversé la vapeur à la surprise générale en plantant trois buts en moins de trois minutes (de la 89 à la 92e) pour finalement s’imposer 2-3. Le but du 2-1 était entaché d’un hors-jeu alors que le but égalisateur arrivait sur penalty. Avec cette défaite, les Brugeois ont été condamnés aux Playoffs III à l’issue desquels ils furent relégués en D1B. Cette victoire du KV a profité en revanche à Waasland-Beveren, sauvé de manière inespérée.

Qui était l’arbitre de cette rencontre ? Bart Vertenten, actuellement sous le coup d’un mandat d’arrêt, soupçonné de blanchiment d’argent et corruption passive. De plus, des dirigeants de Malines et de Waasland-Beveren sont également inculpés dans ce Footbelgate.

Mardi 9h dans la chambre du conseil

Pour rappel, l’enquête fédérale a été ouverte fin 2017 à la suite d’un rapport de l’Unité des fraudres sportives de la police fédérale. Ce rapport faisait état de transactions financières suspectes en D1A, via, entre autres, des dizaines de comptes bancaires détenus dans une agence de Genk. Selon nos informations, l’origine de ce gigantesque dossier pourrait se situer du côté du club de Saint-Trond. Le club trudonnaire pourrait avoir mis la puce à l’oreille de la justice pour enquêter sur des commissions occultes concernant certains transferts de joueurs, sur les salaires de joueurs et d’entraîneurs, ainsi que sur d’autres paiements.

Concernant la suite de l’enquête en cours, les neuf personnes placées sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction Raskin passeront devant la Chambre du conseil de Tongres, mardi matin à 9 h. La chambre devra se pencher sur le maintien ou non en détention des inculpés. Parmi eux, Mogi Bayat. Il a passé tout le week-end à la prison de Louvain. L’agent le plus influent du football belge va être auditionné ce matin à Hasselt dès 9h. Pour rappel, outre la fraude concernant la TVA, la justice lui reproche des manipulations frauduleuses sur les transferts de joueurs afin de maximiser sa commission d’agent. Deux mouvements sont dans le viseur. Celui de Henry Onyekuru d’Eupen à Everton avec location immédiate à Anderlecht. L’autre concernant un transfert vers le Spartak de Moscou. Selon nos sources, il s’agit du transfert de l’Anderlechtois Sofiane Hanni et non celui de Samuel Gigot transféré de Gand en Russie, mais où Mogi Bayat n’est pas intervenu.

Il ne sera pas le seul inculpé à être entendu. Laurent Denis et Dejan Veljkovic le seront aussi.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Le président Macron en visite d’Etat en Belgique: pour quoi faire?

  2. Samedi, ils étaient environ 300.000 à travers le pays, a comptabilisé le ministère de l’Intérieur. Ils ont pris d’assaut les ronds-points, les rocades, les accès aux supermarchés.

    Pourquoi le gouvernement français n’entend pas céder aux gilets jaunes

  3. Photo News

    Rallye d’Australie: Hyundai, ou la continuité… dans la défaite!

  • Les «Gilets jaunes», un Mad Max finalement écologique

    La pollution nuit à l’homme et à son environnement. C’est un axiome.

    Or la voiture pollue. Et parce qu’elle pollue, tout doit être mis en œuvre pour que ses impacts négatifs soient réduits au maximum. Dans ce contexte, l’augmentation des accises sur les carburants est classiquement présentée comme un frein au gâchis environnemental.

    Cette évidence ne peut toutefois occulter les préoccupations des « gilets jaunes ». La hausse des taxes sur le diesel...

    Lire la suite