Benoît Hellings (Ecolo): «Bruxelles sera un exemple en matières de développement durable et de gouvernance»

©Belga
©Belga

Dans les trois Régions du pays, les partis écologistes progressent fortement. C’est particulièrement le cas à Bruxelles. «  La vague verte est là, nous sommes l’alternative  », déclare Zakia Khattabi, coprésidente d’Ecolo.

A Bruxelles, Ecolo progresse fortement. A Ixelles, il serait le parti dominant. Il pourrait le devenir également à Forest. A la Ville de Bruxelles, il est le deuxième parti. Fortes progressions également à Uccle et à Etterbeek. Le parti vert devrait ainsi garder son mayorat à Watermael-Boitsfort et pourrait décrocher un deuxième poste de bourgmestre à Ixelles. A Bruxelles toujours, le MR est en mauvaise posture et risque de perdre trois bourgmestres : Molenbeek, Ixelles et Koekelberg. Défi n’effectue pas la percée attendue mais conserverait ses trois bourgmestres (Auderghem, Woluwe-Saint-Lambert et Schaerbeek). Le PTB décroche des élus dans toutes les communes dans lesquelles il se présentait.

Objectif atteint pour Ecolo

Ce lundi matin, Benoît Hellings était l’invité de Matin Première sur la RTBF. L’écologiste s’est exprimé sur cette vague verte et sur la coalition à la Ville Bruxelles.

« Il va falloir assumer cet accord à Bruxelles. Nous avions comme objectif d’être premier ou deuxième donc notre objectif est atteint puisque nous sommes deuxième », concède Benoît Hellings. « A un moment il faut savoir respecter le choix des électeurs. Philippe Close a réalisé un score impressionnant. Il faut à la fois savoir répondre aux attentes des électeurs, avec un renouveau de la vie politique et, et c’est le sens de la vague verte qui s’est étalée sur Bruxelles ce week-end, tenir compte de ces nouvelles thématiques comme l’environnement et la gouvernance ».

« On va devoir travailler avec Philippe Close au renouveau du PS et de Ville de Bruxelles et c’est le sens de l’engagement que nous avons pris cette nuit avec lui. Il a accepté que nous fassions partie d’une majorité autour des thématiques qui nous sont chères. Et nous allons travailler, dans les jours qui viennent, à la réalisation d’un accord de majorité qui va faire en sorte que toutes les catastrophes qui se sont passées les 6 dernières années à la Ville de Bruxelles ne puissent jamais se reproduire et que la Ville soit un exemple en matière de développement durable et de gouvernance  », conclut Benoît Hellings.

En sortant du studio de la Première, le chef de file Ecolo à la Ville confirme que les axes de l’accord conclu avec le PS sont la bonne gouvernance, l’environnement, la participation citoyenne. Quelles garanties sur le premier point ? « Nous sommes un partenaire indispensable à la majorité, explique Benoît Hellings. Et nous avons mis une exigence claire de non-cumul sur la table. Tous les membres du collège se consacreront donc à temps plein à leur mandat communal. » En fera-t-il partie ? L’Ecolo est candidat, à charge pour les militants de trancher. Autre priorité verte, pour les six prochaines années : la participation citoyenne, avec l’intégration, dans l’accord de majorité, de conseils de citoyens tirés au sort, par quartier, et l’instauration d’un droit d’initiative citoyen au conseil communal. « Nous changeons de cap et de méthode », se réjouit encore Benoît Hellings. La composition du collège et la répartition des compétences doit encore être négociée, dans les prochain(e)s heures/jours.

A Ixelles, Christos Doulkeridis, bourgmestre

Les listes Ecolo-Groen et PS-SP.A d’Ixelles ont signé lundi, peu avant 4h du matin, un accord qui les engage à constituer la majorité de la commune bruxelloise d’Ixelles, a indiqué le futur bourgmestre écologiste, Christos Doulkeridis, interrogé par Belga.

Dès le début de la soirée électorale, celui-ci avait fait part de sa préférence pour une majorité progressiste, comme il l’avait exprimé, à plusieurs reprises, durant la campagne.

Crédité de 16 sièges (+5), Ecolo-Groen est sorti vainqueur du scrutin dans cette commune de la première couronne de Bruxelles, devant la Liste de la Bourgmestre libérale sortante, Dominique Dufourny (12 sièges ; -3). Loin devant les formations restantes (Défi, CDH, et PTB) fortes, chacune de deux sièges, le PS, qui était dans la majorité sortante a hérité de 9 sièges (+1).

La nouvelle majorité écolo-socialiste disposera de 25 sièges (sur 43).

►Les résultats, commune par commune

► Les dernières informations en direct

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite