Communales 2018 à Mons: Martin domine facilement Di Rupo

Communales 2018 à Mons: Martin domine facilement Di Rupo

Après le duel fratricide des Lutgen à Bastogne, le match socialo-socialiste entre Elio Di Rupo et Nicolas Martin à Mons était très observé : la victoire aux voix de préférence entre ces deux-là allait donner le bourgmestre de la ville. A 22H30 depuis le siège du PS à Bruxelles, le président du PS a mis un terme au suspense alors que les résultats dans sa ville ne tombaient qu’au compte-gouttes : « Je félicite Nicolas Martin. Il fera un excellent bourgmestre. »

Les résultats en voix de préférence sont tombés dans la nuit et il apparaît bien que Nicolas Martin a facilement pris le dessus sur son aîné, ce qui était attendu par les observateurs avisés. Le futur bourgmestre a rassemblé 10.681 votes contre 6.024 il y a six ans. Il croise la route d’Elio Di Rupo qui passe quant à lui de 14.378 à 7.664 votes personnels, perdant du même coup la moitié de ses voix de préférence.

Le succès est incontestable pour Martin. Peut-on parler de défaite pour Elio Di Rupo ? La chute est lourde bien sûr, mais l’ancien Premier ministre avait assumé son choix de se présenter en quarante-cinquième et dernière position et de dire aux Montois que le député wallon avait vocation à devenir bourgmestre de Mons. Quoiqu’on en dise, les choses étaient claires pour les militants et sans doute pour beaucoup de Montois : Elio Di Rupo avait déjà l’esprit ailleurs, du côté des élections législatives de mai prochain. Une page se tourne à Mons.

Le président du PS aurait sans doute préféré réaliser un meilleur résultat personnel, ce qui aurait permis aux socialistes de conserver un ou deux sièges de plus : la majorité absolue est très étriquée avec à peine 23 sièges sur 45.

Au passage, il faut aussi souligner l’excellent résultat de Georges-Louis Bouchez, le libéral qui conduisait la liste d’ouverture Mons en Mieux ! Celle-ci obtient 11 sièges contre 8 pour le PS en 2012. Elle passe surtout le cap symbolique des 20 %, avec 21,49 % des voix, un résultat historique pour un parti d’opposition dans le chef-lieu du Hainaut.

A titre personnel, Bouchez cartonne aussi. Il rassemble sur son nom pas loin de la moitié des voix de son parti : 4.976 voix de préférence contre 2.550 en 2012. En termes de popularité, le libéral a gagné son pari. Dans un paysage wallon où le MR se tasse, son projet de liste d’ouverture et son ambition personnelle semblent avoir convaincu.

Enfin, la chef de file d’Ecolo Charlotte De Jaer confirme personnellement le très bon résultat de son parti qui passe de 3 à 6 sièges et semble s’imposer comme favori pour monter dans la majorité. La Flénusienne a obtenu 1.418 voix contre 643 il y a six ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous