Communales: la N-VA n’exclut pas une coalition avec le Vlaams Belang à Ninove

©Belga
©Belga

Le président de la N-VA, Bart De Wever, souhaite étudier la possibilité de former une coalition avec le Vlaams Belang à Ninove «  en interne », a-t-il fait savoir sur les ondes de Radio 1 lundi matin. Guy D’haeseleer et sa liste Forza Ninove, qui a enregistré une victoire écrasante dans la ville de Flandre-Orientale, souhaite obtenir une majorité avec les nationalistes flamands locaux. «  Je ne dis certes pas oui, mais si un candidat obtient 40 % des voix, il s’agit d’un mandat démocratique très fort », a indiqué M. De Wever.

Forza Ninove, le parti du député flamand Vlaams Belang Guy D’haeseleer a engrangé 40 % des voix et décroché 15 sièges sur 33 Ninove. Il envisage la possibilité de s’allier avec la N-VA, qui a obtenu deux sièges, afin d’obtenir ensemble la majorité.

«  Il n’y a pas énormément de possibilités. J’appartiens au ’club des flamingants’. Il est donc logique que je m’entretienne d’abord avec ces personnes. Nos programmes sont les plus proches », a déclaré M. D’haeseleer sur Radio 1. «  J’espère que la N-VA se concentrera sur le contenu », a-t-il encore ajouté.

« En principe, nous ne gouvernons pas avec des extrémistes »

De son côté, le président de la N-VA a indiqué qu’il comptait «  examiner cette situation en interne ». «  Je ne dis certes pas oui, mais si un candidat obtient 40 % des voix, il s’agit d’un mandat démocratique très fort. Mais il doit également pouvoir trouver un partenaire », a expliqué M. De Wever.

Le patron de la N-VA ne veut pas encore se prononcer. «  Je ne connais pas bien les personnes impliquées, je ne connais pas bien la situation, je n’ai pas de réponse prête à toutes les questions après trois heures de sommeil. En principe, nous ne gouvernons pas avec des extrémistes. Mais à Ninove, la situation est exceptionnelle. Je ne suis pas un fan des coalitions monstres pour exclure qui que ce soit, mais je ne suis pas non plus enthousiasmé à l’idée d’aider un candidat issu d’un parti extrême à ceindre l’écharpe mayorale. »

► Les résultats, commune par commune

Les dernières informations en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite