Communales 2018: le PS reste maître à Seraing

Francis Bekaert © Valérie Adams-Beghain
Francis Bekaert © Valérie Adams-Beghain

C’était un scrutin sous haute surveillance : privé d’Alain Mathot, le parti socialiste allait-il conserver la maîtrise sur cette cité de 64.000 habitants, fortement éprouvée par la crise sidérurgique mais en pleine reconversion depuis la mise en place de son master plan ? Pari tenté. Pari réussi. Bien qu’éprouvée – elle a perdu 7,5 % de ses électeurs – et passant sous le seuil des 50 %, la liste socialiste conserve sa majorité absolue. Une majorité courte (20 sièges sur 39) mais une majorité tout de même, qui rend sa position confortable à l’égard du PTB, du MR ou d’Ecolo. Et qui propulse Francis Bekaert, président sortant du CPAS, à la tête de l’hôtel de Ville. Sa colistière et concurrente, la députée Deborah Géradon, le talonne de quelques voix avec 4449 votes nominatifs. Il faudra donc compter avec elle.

Le PTB, 2e

Bien que le PTB, de Damien Robert passant de cinq à onze sièges, affiche le deuxième score sur le territoire communal, il est peut probable que ce soit vers cet autre parti de gauche que se tourne le PS s’il voulait conforter sa majorité : l’antagonisme, sur le plan local, entre les deux partis n’est pas à démontrer et un rabibochage, même dans l’ivresse de ce lendemain de scrutin, reste très improbable. Si mariage il devait y avoir, le MR de Fabian Culot ou Ecolo, tiré par Jean Thiel, font des partenaires plus crédibles. Ils ont d’ailleurs tous deux, lors de la campagne, manifesté leur intérêt.

►Les résultats, commune par commune

Élections communales 2018
 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une bonne année pour le chef de La Paix, David Martin
: quinze jours après avoir été nommé «
chef de l’année
» par le Gault&Millau, le Michelin le gratifie d’une deuxième étoile.

    Guide Michelin: «Il y a une belle fourchette de deux étoiles en Belgique», juge le directeur de la sélection

  2. Emmanuel Macron et Charles Michel lors d’un point presse ce lundi 19 novembre.

    Gilets jaunes: pourquoi Macron refuse de répondre aux journalistes (vidéo)

  3. PHOTONEWS_10657652-002

  • France-Belgique: cultiver ce qui nous unit

    C’est une visite pratiquement inédite qu’Emmanuel Macron entame ce lundi en Belgique. Inédite, parce que jamais depuis 1971 un président français n’avait fait une visite d’Etat au Royaume. Et encore, le protocole français considère-t-il la visite qu’avait alors effectuée le président Pompidou auprès du roi Baudouin comme une « simple » visite officielle.

    Au soir de l’élection d’Emmanuel Macron, le 7 mai 2017, le roi Philippe fut tout simplement le premier à proposer une visite d’Etat au...

    Lire la suite