Communales 2018: le PS reste maître à Seraing

Francis Bekaert © Valérie Adams-Beghain
Francis Bekaert © Valérie Adams-Beghain

C’était un scrutin sous haute surveillance : privé d’Alain Mathot, le parti socialiste allait-il conserver la maîtrise sur cette cité de 64.000 habitants, fortement éprouvée par la crise sidérurgique mais en pleine reconversion depuis la mise en place de son master plan ? Pari tenté. Pari réussi. Bien qu’éprouvée – elle a perdu 7,5 % de ses électeurs – et passant sous le seuil des 50 %, la liste socialiste conserve sa majorité absolue. Une majorité courte (20 sièges sur 39) mais une majorité tout de même, qui rend sa position confortable à l’égard du PTB, du MR ou d’Ecolo. Et qui propulse Francis Bekaert, président sortant du CPAS, à la tête de l’hôtel de Ville. Sa colistière et concurrente, la députée Deborah Géradon, le talonne de quelques voix avec 4449 votes nominatifs. Il faudra donc compter avec elle.

Le PTB, 2e

Bien que le PTB, de Damien Robert passant de cinq à onze sièges, affiche le deuxième score sur le territoire communal, il est peut probable que ce soit vers cet autre parti de gauche que se tourne le PS s’il voulait conforter sa majorité : l’antagonisme, sur le plan local, entre les deux partis n’est pas à démontrer et un rabibochage, même dans l’ivresse de ce lendemain de scrutin, reste très improbable. Si mariage il devait y avoir, le MR de Fabian Culot ou Ecolo, tiré par Jean Thiel, font des partenaires plus crédibles. Ils ont d’ailleurs tous deux, lors de la campagne, manifesté leur intérêt.

►Les résultats, commune par commune

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Elections communales 2018 à Seraing|Partis politiques
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite