Communales 2018: le PS reste maître à Seraing

Francis Bekaert © Valérie Adams-Beghain
Francis Bekaert © Valérie Adams-Beghain

C’était un scrutin sous haute surveillance : privé d’Alain Mathot, le parti socialiste allait-il conserver la maîtrise sur cette cité de 64.000 habitants, fortement éprouvée par la crise sidérurgique mais en pleine reconversion depuis la mise en place de son master plan ? Pari tenté. Pari réussi. Bien qu’éprouvée – elle a perdu 7,5 % de ses électeurs – et passant sous le seuil des 50 %, la liste socialiste conserve sa majorité absolue. Une majorité courte (20 sièges sur 39) mais une majorité tout de même, qui rend sa position confortable à l’égard du PTB, du MR ou d’Ecolo. Et qui propulse Francis Bekaert, président sortant du CPAS, à la tête de l’hôtel de Ville. Sa colistière et concurrente, la députée Deborah Géradon, le talonne de quelques voix avec 4449 votes nominatifs. Il faudra donc compter avec elle.

Le PTB, 2e

Bien que le PTB, de Damien Robert passant de cinq à onze sièges, affiche le deuxième score sur le territoire communal, il est peut probable que ce soit vers cet autre parti de gauche que se tourne le PS s’il voulait conforter sa majorité : l’antagonisme, sur le plan local, entre les deux partis n’est pas à démontrer et un rabibochage, même dans l’ivresse de ce lendemain de scrutin, reste très improbable. Si mariage il devait y avoir, le MR de Fabian Culot ou Ecolo, tiré par Jean Thiel, font des partenaires plus crédibles. Ils ont d’ailleurs tous deux, lors de la campagne, manifesté leur intérêt.

►Les résultats, commune par commune

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Elections communales 2018 à Seraing|Partis politiques
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. Oriol Junqueras a répondu pour la première fois depuis son incarcération aux questions des journalistes, réunis dans une rédaction à plus de 600 kilomètres de l’endroit où il est emprisonné.

    Les Catalans en campagne depuis la prison

  3. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite