Communales 2018: éloignés du terrain, les ministres ne sont pas tous à la fête

Souvent éloignés du terrain et donc des électeurs, les très nombreux ministres des différents niveaux de pouvoir qui se présentaient aux élections du 14 octobre, n’ont pas tous été à la fête.

Le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR), qui poussait la liste MR-PS à Rochefort, a ainsi été battu par Pierre-Yves Dermagne, le chef de file socialiste au parlement wallon qui sera le prochain bourgmestre de la localité.

A Tournai, la ministre de l’Energie, Marie-Christine Marghem (MR) a elle aussi perdu le duel qui l’opposait à Rudy Demotte (PS), le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles dont la liste a obtenu plus de 35 % des suffrages. L’alliance du PS avec Ecolo renvoie par ailleurs les libéraux dans l’opposition.

Le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR), a quant à lui tiré son épingle du jeu, sa liste (Up !) disposant de la majorité absolue (55,06 % des voix) à Chaudfontaine. Il a déjà annoncé qu’il reprendra la tête de la commune après les élections fédérales de mai prochain.

Le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) a pour sa part été élu bourgmestre de Hasselt.

Quant à la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block (Open Vld), si sa liste est arrivée en tête des élections à Merchtem (Brabant flamand), elle y a perdu la majorité absolue.

Un sort que n’a pas connu le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), à Brasschaat, où sa liste a été plébiscitée par plus de 44 % des électeurs. Et à Aalter, le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur Pieter De Crem, qui avait annoncé qu’il quitterait le fédéral s’il était élu, a lui aussi remporté la majorité absolue.

► Tous les résultats des communales 2018

Pour les élus régionaux

Fortunes diverses, également, pour les élus régionaux. A Herve, ainsi, si la liste poussée par le ministre wallon de l’Emploi Pierre-Yves Jeholet (MR) a conservé la majorité absolue avec 52,25 % des voix, le ministre régional a été devancé par son co-listier Marc Drouguet.

La liste de la ministre de l’Enseignement à la Fédération Wallonie-Bruxelles Marie-Martine Schyns (CDH) a pour sa part obtenu 31 % des suffrages et décroché 8 sièges.

A Nivelles, la ministre wallonne en charge des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR), qui poussait la liste du bourgmestre, a été largement devancée, en nombre de voix de préférence, par le bourgmestre sortant Pierre Huart (1.317 voix pour la ministre ; 4.010 pour le bourgmestre). André Flahaut, le ministre du Budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui poussait la liste PluS, a pour sa part obtenu 1.176 voix de préférence.

Quant à l’affrontement annoncé, à Marche-en-Famenne, entre le ministre wallon de l’Agriculture René Collin (CDH) et le ministre-président wallon Willy Borsus (MR), il a tourné en faveur du premier, les humanistes conservant leur majorité absolue. C’est toutefois un troisième larron, André Bouchat, qui y décroche – et de loin – le plus grand nombre de voix de préférence et qui restera dès lors bourgmestre.

Le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio (CDH) a eu, lui, plus de succès que ses collègues du gouvernement régional, sa liste ’Dour Demain’ conservant l’avantage. Le bourgmestre en titre a toutefois confirmé qu’il exercera son mandat de ministre régional jusqu’à son terme, en mai prochain.

Même réussite pour Jean-Luc Crucke (MR), le ministre wallon de l’Energie, réélu haut la main à Frasnes-lez-Anvaing où il a obtenu 2.516 voix de préférence. Tout comme Carlo Di Antonio, il restera lui aussi ministre jusqu’aux élections régionales.

A Bruxelles

En Région bruxelloise, la Liste du Bourgmestre d’Evere, conduite par le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, a obtenu 37,7 % des voix, un score stable qui la place aux commandes de la commune. Et à Auderghem, la liste conduite par le ministre régional de l’Emploi Didier Gosuin a conservé sa majorité absolue.

► Les bourgmestres déjà connus dans la Région bruxelloise

Enfin, en Flandre, Ben Weyts, le ministre flamand de la Mobilité, qui briguait le mayorat de Beersel, n’a pas réussi son pari.

► Les résultats des élections, comme par commune

Les dernières informations en direct

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un des auteurs de l’étude remarque que « le coût  du système des voitures  de société est supporté  par tout le monde, pour  un bénéfice concentré chez un nombre important  de gens, surtout des plus nantis ».

    Voitures de société: un système coûteux, inéquitable et polluant

  2. C’est dans le décor champêtre de la Vallée du Lac que Dimitri Fourny a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections.

    CDH, parti décapité cherche têtes de liste

  3. ©News

    Les bulletins des Diables rouges: une 100e cap fêtée de la plus belle des manières pour Eden Hazard

Chroniques
  • Gilets jaunes: et si une autre France, la vraie, descendait enfin dans la rue?

    Et le peuple, dans sa diversité, il s’exprime quand ?

    Et ceux, massivement majoritaires, qui partagent ou portent l’essentiel du message que le mouvement des gilets jaunes faisait à l’origine entendre, mais refusent de cautionner, par leur silence, une entreprise, consciente et concertée, de démolition de la République et de la Nation ? Qui entendent exprimer, à la fois, cet accord profond et ce désaccord total ? Ceux qui aspirent à une radicale transformation sociale et institutionnelle, culturelle aussi peut-être, de notre patrie commune, mais refusent son saccage par les éternels profiteurs du désordre établi, y compris du désordre néolibéral établi dont ils sont les enfants perdus… Ceux-là, comment peuvent-ils se faire, eux aussi, entendre ?

    Car cela suffit ! On ne peut plus subir passivement, face au reste du monde ébahi, les conséquences dévastatrices des petites manœuvres lamentables d’en haut et des manipulations factieuses dont est victime l’en bas.

    Jusqu’à quand les démocrates...

    Lire la suite

  • Non, Daesh n’est pas défait

    Les affirmations les plus répétées sont parfois les plus fausses : non, l’Etat islamique n’est pas défait. L’organisation a effectivement perdu le contrôle du dernier réduit d’un territoire qui, à son apogée, était aussi grand que la Grande-Bretagne. Mais l’EI, qui avait planifié sa mue forcée par la victoire des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis, reste une organisation puissamment structurée, financée, et elle est désormais totalement revenue à son mode d’action premier : la guérilla et le...

    Lire la suite