Communales 2018: éloignés du terrain, les ministres ne sont pas tous à la fête

Souvent éloignés du terrain et donc des électeurs, les très nombreux ministres des différents niveaux de pouvoir qui se présentaient aux élections du 14 octobre, n’ont pas tous été à la fête.

Le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR), qui poussait la liste MR-PS à Rochefort, a ainsi été battu par Pierre-Yves Dermagne, le chef de file socialiste au parlement wallon qui sera le prochain bourgmestre de la localité.

A Tournai, la ministre de l’Energie, Marie-Christine Marghem (MR) a elle aussi perdu le duel qui l’opposait à Rudy Demotte (PS), le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles dont la liste a obtenu plus de 35 % des suffrages. L’alliance du PS avec Ecolo renvoie par ailleurs les libéraux dans l’opposition.

Le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR), a quant à lui tiré son épingle du jeu, sa liste (Up !) disposant de la majorité absolue (55,06 % des voix) à Chaudfontaine. Il a déjà annoncé qu’il reprendra la tête de la commune après les élections fédérales de mai prochain.

Le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) a pour sa part été élu bourgmestre de Hasselt.

Quant à la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block (Open Vld), si sa liste est arrivée en tête des élections à Merchtem (Brabant flamand), elle y a perdu la majorité absolue.

Un sort que n’a pas connu le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), à Brasschaat, où sa liste a été plébiscitée par plus de 44 % des électeurs. Et à Aalter, le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur Pieter De Crem, qui avait annoncé qu’il quitterait le fédéral s’il était élu, a lui aussi remporté la majorité absolue.

► Tous les résultats des communales 2018

Pour les élus régionaux

Fortunes diverses, également, pour les élus régionaux. A Herve, ainsi, si la liste poussée par le ministre wallon de l’Emploi Pierre-Yves Jeholet (MR) a conservé la majorité absolue avec 52,25 % des voix, le ministre régional a été devancé par son co-listier Marc Drouguet.

La liste de la ministre de l’Enseignement à la Fédération Wallonie-Bruxelles Marie-Martine Schyns (CDH) a pour sa part obtenu 31 % des suffrages et décroché 8 sièges.

A Nivelles, la ministre wallonne en charge des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR), qui poussait la liste du bourgmestre, a été largement devancée, en nombre de voix de préférence, par le bourgmestre sortant Pierre Huart (1.317 voix pour la ministre ; 4.010 pour le bourgmestre). André Flahaut, le ministre du Budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui poussait la liste PluS, a pour sa part obtenu 1.176 voix de préférence.

Quant à l’affrontement annoncé, à Marche-en-Famenne, entre le ministre wallon de l’Agriculture René Collin (CDH) et le ministre-président wallon Willy Borsus (MR), il a tourné en faveur du premier, les humanistes conservant leur majorité absolue. C’est toutefois un troisième larron, André Bouchat, qui y décroche – et de loin – le plus grand nombre de voix de préférence et qui restera dès lors bourgmestre.

Le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio (CDH) a eu, lui, plus de succès que ses collègues du gouvernement régional, sa liste ’Dour Demain’ conservant l’avantage. Le bourgmestre en titre a toutefois confirmé qu’il exercera son mandat de ministre régional jusqu’à son terme, en mai prochain.

Même réussite pour Jean-Luc Crucke (MR), le ministre wallon de l’Energie, réélu haut la main à Frasnes-lez-Anvaing où il a obtenu 2.516 voix de préférence. Tout comme Carlo Di Antonio, il restera lui aussi ministre jusqu’aux élections régionales.

A Bruxelles

En Région bruxelloise, la Liste du Bourgmestre d’Evere, conduite par le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, a obtenu 37,7 % des voix, un score stable qui la place aux commandes de la commune. Et à Auderghem, la liste conduite par le ministre régional de l’Emploi Didier Gosuin a conservé sa majorité absolue.

► Les bourgmestres déjà connus dans la Région bruxelloise

Enfin, en Flandre, Ben Weyts, le ministre flamand de la Mobilité, qui briguait le mayorat de Beersel, n’a pas réussi son pari.

► Les résultats des élections, comme par commune

Les dernières informations en direct

Élections communales 2018
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominic Raab, aujourd’hui démissionnaire, avait été choisi par Theresa May après la démission de David Davis comme Secrétaire d'Etat à la Sortie de l'Union européenne.

    Dominic Raab, le «Monsieur Muscle» démissionnaire de Theresa May

  2. L’animateur Nikos Aliagas anime la matinale d’Europe 1 depuis la rentrée.

    Le média radio s’effondre en France, plombé par Europe 1

  3. Dans le hangar de la base militaire de Beauvechain, David, François et Vivian (au fond) ont écouté attentivement les instructions données par un élève pilote qui s’entraîne sur Marchetti.

    L’armée tente de séduire la jeunesse

Chroniques
  • Centenaire de l’armistice: un monde sans mémoire

    Avec la Toussaint, la fête des morts et les commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, nous sortons d’une intense période mémorielle, qui a retenu l’attention de tous les médias. Mais cette accumulation de rites, d’images et de discours ne doit pas occulter le fait que nous entrons dans un monde sans mémoire.

    Comme Péguy l’a montré, la mémoire n’est pas l’histoire : c’en est même le contraire. La mémoire est un lien vivant, concret, presque charnel, avec un passé qui reste vivant, qui nous concerne et nous touche. Elle nous rattache à l’expérience des générations antérieures par une chaîne de témoignages, de gestes, de rituels dont nous avons été partie prenante, qui ont imprimé en nous des images, même vagues, chargées de sens et d’affects. L’histoire au contraire est une science, un regard neutre et objectif, un retour sur un passé avec lequel les...

    Lire la suite

  • Brexit: il ne faudra pas s’étonner

    Donc, on y serait… L’accord sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne a été conclu entre les deux parties et avalisé ce mercredi par le gouvernement britannique.

    Ce moment constitue l’étape la plus déterminante du processus depuis que la Première ministre Theresa May a formellement notifié à l’Union, le 29 mars 2017, la décision de la quitter. Mais il serait hasardeux de prédire que l’essentiel est fait. On le dira lorsque l’accord aura été adopté par le Parlement britannique : forcer...

    Lire la suite