Communales 2018: avec ou sans le PTB à Liège? Faites votre coalition

Dans cet article

Bien que le PS ait perdu cinq sièges, il reste le premier parti en Cité ardente avec près de 30.300 voix. Willy Demeyer a invité les représentants du PTB, de Vert Ardent et du MR pour des rencontres bilatérales, indique-t-on lundi au cabinet du bourgmestre sortant de Liège.

Alors que le grand gagnant à Liège est le PTB avec ses sept sièges supplémentaires, le grand perdant est le CDH, partenaire actuel du PS au sein de la majorité. Le mouvement citoyen Vert Ardent, initié par Ecolo, s’en sort bien également et estime avoir réussi son pari en obtenant huit sièges au conseil communal.

Tous les résultats à Liège

Parmi les possibilités qui s’ouvrent au PS pour former la future majorité, il y a la reconduction avec le CDH mais cela ne sera pas suffisant et l’on sait aussi que l’entente entre les deux partenaires n’est plus au beau fixe. Vert Ardent pourrait alors venir compléter les rangs, sachant que le PTB ne part pas favori vu les divergences d’opinion régulièrement exprimées au conseil communal. L’autre option est le MR de la présidente du Sénat Christine Defraigne, qui a mené campagne en étant plus que décidé à réintégrer la majorité.

Et vous, quel serait votre pronostic ?

Testez quelles coalitions sont possibles ou non, en sélectionnant, ci-dessous, les partis de votre choix.

Communales 2018: la répartition en sièges à Liège

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite