Communales 2018: avec ou sans le PTB à Liège? Faites votre coalition

Dans cet article

Bien que le PS ait perdu cinq sièges, il reste le premier parti en Cité ardente avec près de 30.300 voix. Willy Demeyer a invité les représentants du PTB, de Vert Ardent et du MR pour des rencontres bilatérales, indique-t-on lundi au cabinet du bourgmestre sortant de Liège.

Alors que le grand gagnant à Liège est le PTB avec ses sept sièges supplémentaires, le grand perdant est le CDH, partenaire actuel du PS au sein de la majorité. Le mouvement citoyen Vert Ardent, initié par Ecolo, s’en sort bien également et estime avoir réussi son pari en obtenant huit sièges au conseil communal.

Tous les résultats à Liège

Parmi les possibilités qui s’ouvrent au PS pour former la future majorité, il y a la reconduction avec le CDH mais cela ne sera pas suffisant et l’on sait aussi que l’entente entre les deux partenaires n’est plus au beau fixe. Vert Ardent pourrait alors venir compléter les rangs, sachant que le PTB ne part pas favori vu les divergences d’opinion régulièrement exprimées au conseil communal. L’autre option est le MR de la présidente du Sénat Christine Defraigne, qui a mené campagne en étant plus que décidé à réintégrer la majorité.

Et vous, quel serait votre pronostic ?

Testez quelles coalitions sont possibles ou non, en sélectionnant, ci-dessous, les partis de votre choix.

Communales 2018: la répartition en sièges à Liège

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Elections communales 2018 à Liège|Partis politiques
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite