Communales 2018: le PS, avec ou sans le PTB à Molenbeek? Faites votre coalition

Edition numérique des abonnés

Le PS veut constituer une «majorité sociale» à Molenbeek-Saint-Jean. La cheffe de file Catherine Moureaux privilégie une négociation avec le PTB auquel pourrait, le cas échéant, se joindre Ecolo.

Avec 17 sièges, les socialistes progressent et conservent la première place dans la commune bruxelloise qui a été sous le feu des projecteurs après les attentats de Paris et de Bruxelles. L’appoint des 7 sièges du PTB permettrait de constituer une majorité.

Tous les résultats à Molenbeek

La tête de liste PS attend maintenant la réponse du PTB, qui a déjà indiqué qu’il ne se prononcerait pas ce dimanche soir. «J’espère que le PTB va effectivement négocier et ne pas mettre des conditions qui n’ont pas de sens et qui visent juste à ne pas prendre des responsabilités», a-t-elle ajouté. La tête de liste, Dirk De Block, président du PTB en Région bruxelloise, a indiqué que son parti ne souhaitait pas «agir dans la précipitation».

«Avec un score de plus de 13 %, l’électeur a envoyé un signal fort pour une rupture politique. Nous répondrons aux invitations qui nous seront adressées. Mais nous voulons avant tout parler du contenu et ne pas agir dans la précipitation. Faire un programme fort pour les Molenbeekois prendra le temps nécessaire», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Et vous, quel serait votre pronostic?

Testez quelles coalitions sont possibles ou non, en sélectionnant, ci-dessous, les partis de votre choix.

Communales 2018: la répartition en sièges à Molenbeek

Élections communales 2018
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Encore et toujours ce Brexit.

    Le Brexit, best-seller d’un psychodrame national

  2. Une centaine d’alumnis (anciens) étaient réunis à Londres, vendredi, pour se souvenir de la Saint-V de 1943.

    La Saint-V de 1943 était londonienne

  3. © Photo News.

    Des «gilets jaunes» aux partis jaunes? Tout le monde s’interroge, personne n’y croit

Chroniques
  • Le Brexit, best-seller d’un psychodrame national

    Par Marc Roche

    Trop c’est trop. Ce n’est plus du ras-le-bol, c’est un véritable haut-le-cœur national. Encore du Brexit et toujours du Brexit ! Il n’est pas une minute où l’on n’entend, où l’on ne lit, où ne s’expriment les mille et une raisons que nous avons de soutenir ou pas l’accord scellé avec l’Union européenne. Les difficultés de Theresa May d’obtenir d’ici Noël une majorité à la Chambre des Communes pour ratifier le texte sont bombardées en boucle sur les petits écrans à grands jets de chromos.

    Je m’esquive à l’anglaise de la « bulle » londonienne pour me ressourcer un week-end chez des amis dans le havre de paix du Hampshire grâce au calme propice à la lecture. Puisqu’on n’y peut rien, autant se plonger dans le dernier roman de Jonathan Coe intitulé Middle England.

    ...

    Lire la suite

  • La Belgique doit approuver le pacte migratoire

    Vous approuvez le pacte migratoire, ou vous partez. Il nous revient que le Premier ministre, Charles Michel, a décidé d’opter pour la plus grande fermeté avec la N-VA concernant cet accord international, qui doit baliser les grands principes de coopération entre Etats du monde s’agissant de la migration.

    Après des mois de contorsions de la Belgique sur des principes humains aussi essentiels que l’interdiction d’enfermement des enfants ou la protection des demandeurs d’asile contre les traitements...

    Lire la suite