Communales 2018: le PS, avec ou sans le PTB à Molenbeek? Faites votre coalition

Dans cet article
Communales 2018: le PS, avec ou sans le PTB à Molenbeek? Faites votre coalition

Le PS veut constituer une «majorité sociale» à Molenbeek-Saint-Jean. La cheffe de file Catherine Moureaux privilégie une négociation avec le PTB auquel pourrait, le cas échéant, se joindre Ecolo.

Avec 17 sièges, les socialistes progressent et conservent la première place dans la commune bruxelloise qui a été sous le feu des projecteurs après les attentats de Paris et de Bruxelles. L’appoint des 7 sièges du PTB permettrait de constituer une majorité.

Tous les résultats à Molenbeek

La tête de liste PS attend maintenant la réponse du PTB, qui a déjà indiqué qu’il ne se prononcerait pas ce dimanche soir. «J’espère que le PTB va effectivement négocier et ne pas mettre des conditions qui n’ont pas de sens et qui visent juste à ne pas prendre des responsabilités», a-t-elle ajouté. La tête de liste, Dirk De Block, président du PTB en Région bruxelloise, a indiqué que son parti ne souhaitait pas «agir dans la précipitation».

«Avec un score de plus de 13 %, l’électeur a envoyé un signal fort pour une rupture politique. Nous répondrons aux invitations qui nous seront adressées. Mais nous voulons avant tout parler du contenu et ne pas agir dans la précipitation. Faire un programme fort pour les Molenbeekois prendra le temps nécessaire», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Et vous, quel serait votre pronostic?

Testez quelles coalitions sont possibles ou non, en sélectionnant, ci-dessous, les partis de votre choix.

Communales 2018: la répartition en sièges à Molenbeek

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite