Communales 2018: le PS, avec ou sans le PTB à Molenbeek? Faites votre coalition

Dans cet article
Communales 2018: le PS, avec ou sans le PTB à Molenbeek? Faites votre coalition

Le PS veut constituer une «majorité sociale» à Molenbeek-Saint-Jean. La cheffe de file Catherine Moureaux privilégie une négociation avec le PTB auquel pourrait, le cas échéant, se joindre Ecolo.

Avec 17 sièges, les socialistes progressent et conservent la première place dans la commune bruxelloise qui a été sous le feu des projecteurs après les attentats de Paris et de Bruxelles. L’appoint des 7 sièges du PTB permettrait de constituer une majorité.

Tous les résultats à Molenbeek

La tête de liste PS attend maintenant la réponse du PTB, qui a déjà indiqué qu’il ne se prononcerait pas ce dimanche soir. «J’espère que le PTB va effectivement négocier et ne pas mettre des conditions qui n’ont pas de sens et qui visent juste à ne pas prendre des responsabilités», a-t-elle ajouté. La tête de liste, Dirk De Block, président du PTB en Région bruxelloise, a indiqué que son parti ne souhaitait pas «agir dans la précipitation».

«Avec un score de plus de 13 %, l’électeur a envoyé un signal fort pour une rupture politique. Nous répondrons aux invitations qui nous seront adressées. Mais nous voulons avant tout parler du contenu et ne pas agir dans la précipitation. Faire un programme fort pour les Molenbeekois prendra le temps nécessaire», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Et vous, quel serait votre pronostic?

Testez quelles coalitions sont possibles ou non, en sélectionnant, ci-dessous, les partis de votre choix.

Communales 2018: la répartition en sièges à Molenbeek

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite