Communales 2018: la bourgmestre Open VLD de Ninove espère «un peu de bon sens» de la part de la N-VA

© Belga
© Belga

L’Open VLD et la liste Samen (CD&V, Groen et SP.A) ont refusé de discuter avec la tête de liste de Forza Ninove, Guy D’haeseleer, qui a gagné les élections dimanche dans cette commune de Flandre orientale avec 40% des voix. Dès lors, la seule possibilité pour le député flamand Vlaams Belang de devenir bourgmestre est de monter une coalition avec la N-VA. «J’attends un peu de bon sens de la part de la N-VA», a lancé lundi la bourgmestre sortante Tania De Jonge (Open VLD).

L’Open VLD ne veut pas négocier avec Guy D’haeseleer, qui a obtenu 15 sièges sur 33. «Nous ne sommes pas disposés à former une coalition avec lui. Nous ne parlerons certainement pas avec l’extrême-droite», a indiqué Mme De Jonge.

Samen ferme également la porte. «Notre histoire est tellement différente de celle de Forza Ninove, que ce ne sera pas possible», a renchéri la tête de liste Veerle Cosyns.

Seuls les deux sièges de la N-VA peuvent donc faire l’appoint pour permettre au Vlaams Belang d’obtenir le tout premier bourgmestre de son histoire.

Le président de la N-VA Bart De Wever a annoncé lundi matin sa volonté d’examiner la situation en interne.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite