Communales 2018: la bourgmestre Open VLD de Ninove espère «un peu de bon sens» de la part de la N-VA

© Belga
© Belga

L’Open VLD et la liste Samen (CD&V, Groen et SP.A) ont refusé de discuter avec la tête de liste de Forza Ninove, Guy D’haeseleer, qui a gagné les élections dimanche dans cette commune de Flandre orientale avec 40% des voix. Dès lors, la seule possibilité pour le député flamand Vlaams Belang de devenir bourgmestre est de monter une coalition avec la N-VA. «J’attends un peu de bon sens de la part de la N-VA», a lancé lundi la bourgmestre sortante Tania De Jonge (Open VLD).

L’Open VLD ne veut pas négocier avec Guy D’haeseleer, qui a obtenu 15 sièges sur 33. «Nous ne sommes pas disposés à former une coalition avec lui. Nous ne parlerons certainement pas avec l’extrême-droite», a indiqué Mme De Jonge.

Samen ferme également la porte. «Notre histoire est tellement différente de celle de Forza Ninove, que ce ne sera pas possible», a renchéri la tête de liste Veerle Cosyns.

Seuls les deux sièges de la N-VA peuvent donc faire l’appoint pour permettre au Vlaams Belang d’obtenir le tout premier bourgmestre de son histoire.

Le président de la N-VA Bart De Wever a annoncé lundi matin sa volonté d’examiner la situation en interne.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bart De Wever, président de la N-VA et Charles Michel restent en opposition sur le pacte migratoire.

    Pourquoi Bart De Wever s’obstine à dénoncer le pacte migratoire

  2. Un «
cerveau de la combine
»
: ainsi Carlos Ghosn a été qualifié par Hiroto Saikawa, l’actuel directeur général de Nissan.

    Ghosn sur un siège éjectable aussi chez Renault

  3. «
Nous discuterons de tout cela au sein du gouvernement jeudi et vendredi probablement, il est préférable sans doute de ne pas laisser traîner les choses.
»

    Kris Peeters (CD&V) sur le pacte migratoire: «Je soutiens totalement Charles Michel»

Chroniques
  • Quel sera le nouveau mot de l’année?

    Quel sera le « nouveau mot de l’année » 2018 ? L’an dernier, c’est « Fake news » qui avait emporté les suffrages des lecteurs du Soir. Lequel lui succédera ?

    Pas de changement pour ce quatrième millésime de l’opération menée par Le Soir et l’UCL. La formule reste la même. Et l’objectif aussi : il s’agit toujours, en s’appuyant sur les propositions du grand public, de faire émerger le mot ou la locution qui a connu une diffusion significative en 2018 et que l’on ne trouve pas encore dans l’édition la plus récente des dictionnaires usuels du français tels que le Petit Robert ou le Larousse.

    Concrètement : la première phase est lancée ce mercredi. Il s’agit de recueillir les propositions des lecteurs du Soir via notre site internet. C’est important : le mot ou la locution que vous soumettrez doit être accompagné d’une (courte) définition. Il est possible de soumettre des propositions de néologismes jusqu’au 30 novembre.

    En...

    Lire la suite

  • La Belgique doit approuver le pacte migratoire

    Vous approuvez le pacte migratoire, ou vous partez. Il nous revient que le Premier ministre, Charles Michel, a décidé d’opter pour la plus grande fermeté avec la N-VA concernant cet accord international, qui doit baliser les grands principes de coopération entre Etats du monde s’agissant de la migration.

    Après des mois de contorsions de la Belgique sur des principes humains aussi essentiels que l’interdiction d’enfermement des enfants ou la protection des demandeurs d’asile contre les traitements...

    Lire la suite