Bart De Wever sur la situation à Ninove: «En principe, nous ne gouvernons pas avec des extrémistes»

© Photo News
© Photo News

Le Vlaams Belang, qui a doublé dimanche son nombre de voix par rapport à 2014, a lancé lundi un appel à la N-VA pour former des majorités dans seize communes du nord du pays.

Dans ces 16 communes sur les 300 que comptera la Flandre au 1er janvier prochain, le parti d’extrême droite de Tom Van Grieken et les nationalistes de Bart De Wever disposeraient d’une majorité absolue s’ils se coalisaient, a fait observer le premier à l’issue d’un bureau de parti.

Le Vlaams Belang fête sa victoire à Ninove par un salut nazi

Ninove est l’une de ces communes. Interrogé lundi sur la situation, où « Forza Ninove », la liste du député flamand Vlaams Belang Guy D’haeseleer, a décroché 15 sièges sur 33 et envisage de s’allier avec la N-VA, Bart De Wever n’a pas fermé la porte. Il a rappelé qu’« en principe », la N-VA ne gouvernait pas avec des extrémistes. «  Mais à Ninove, la situation est exceptionnelle. Je ne suis pas un fan des coalitions monstres pour exclure qui que ce soit, mais je ne suis pas non plus enthousiaste à l’idée d’aider un candidat issu d’un parti extrême à ceindre l’écharpe mayorale. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. SOCCER JUSTICE SPORTING ANDERLECHT TRAINING CENTER SEARCH

    Un air de sérénité pendant les perquisitions à Anderlecht

  2. Emmanuel Macron est très attendu pour son face à face avec la presse, ce jeudi en début de soirée.

    Macron: la suppression de l’ENA, mais encore?

  3. Tous les partis francophones s’accordent pour appellent à la création d’une instance de contrôle totalement indépendante.

    Survol de Bruxelles: la position des différents partis

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite