Communales 2018: à Anvers, Bart De Wever rencontre le leader du Vlaams Belang

©PhotoNews
©PhotoNews

Le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA), poursuivait ses rencontres mardi afin de constituer une majorité. Après le leader du Vlaams Belang, Filip Dewinter, et avant Wouter Van Besien (Groen), c’est Jinnih Beels, tête de liste SP.A, qui a été reçue par l’homme fort de la métropole. «Nous avons été invités et nous venons donc écouter car nous voulons le meilleur pour les Anversois», a déclaré Jinnih Beels, accompagnée de Yasmine Kherbache et Tom Meeuws, à son arrivée à l’hôtel de ville.

Plus tôt dans la journée, Filip Dewinter avait lui aussi répondu positivement à l’invitation de Bart De Wever, l’occasion pour le chef de file de l’extrême-droite de rappeler que son parti et la N-VA représentent la majorité des électeurs anversois.

« Il faudrait être totalement fou »

«Nous n’avons pas chassé les socialistes en 2012 pour que le SP.A ou les verts reviennent aujourd’hui par la fenêtre. Nous soutenons une coalition de droite. Ce qui peut passer par notre entrée dans la majorité mais c’est peu réaliste, par notre soutien pour autant que cesse l’immigration ou par un gentlemen’s agreement par lequel le Belang s’engagerait à laisser travailler la N-VA, le CD&V et l’Open Vld en cas d’absence d’un ou plusieurs membres du conseil communal. Ces 3 propositions ont été présentées à Bart De Wever», a indiqué M. Dewinter.

Lundi, Bart De Wever avait catégoriquement rejeté le soutien du Belang. «Il faudrait être totalement fou pour gouverner la plus grande ville de Flandre et le plus important moteur de l’économie régionale avec le soutien de l’extrême-droite», avait-il déclaré.

Les dernières informations en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous