Communales 2018: à Anvers, Bart De Wever rencontre le leader du Vlaams Belang

©PhotoNews
©PhotoNews

Le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA), poursuivait ses rencontres mardi afin de constituer une majorité. Après le leader du Vlaams Belang, Filip Dewinter, et avant Wouter Van Besien (Groen), c’est Jinnih Beels, tête de liste SP.A, qui a été reçue par l’homme fort de la métropole. «Nous avons été invités et nous venons donc écouter car nous voulons le meilleur pour les Anversois», a déclaré Jinnih Beels, accompagnée de Yasmine Kherbache et Tom Meeuws, à son arrivée à l’hôtel de ville.

Plus tôt dans la journée, Filip Dewinter avait lui aussi répondu positivement à l’invitation de Bart De Wever, l’occasion pour le chef de file de l’extrême-droite de rappeler que son parti et la N-VA représentent la majorité des électeurs anversois.

« Il faudrait être totalement fou »

«Nous n’avons pas chassé les socialistes en 2012 pour que le SP.A ou les verts reviennent aujourd’hui par la fenêtre. Nous soutenons une coalition de droite. Ce qui peut passer par notre entrée dans la majorité mais c’est peu réaliste, par notre soutien pour autant que cesse l’immigration ou par un gentlemen’s agreement par lequel le Belang s’engagerait à laisser travailler la N-VA, le CD&V et l’Open Vld en cas d’absence d’un ou plusieurs membres du conseil communal. Ces 3 propositions ont été présentées à Bart De Wever», a indiqué M. Dewinter.

Lundi, Bart De Wever avait catégoriquement rejeté le soutien du Belang. «Il faudrait être totalement fou pour gouverner la plus grande ville de Flandre et le plus important moteur de l’économie régionale avec le soutien de l’extrême-droite», avait-il déclaré.

Les dernières informations en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite