Boris Dilliès (MR) au «Soir»: «On s’est pris une gigantesque tôle» aux communales

Boris Dilliès dit tout haut ce que d’autres libéraux bruxellois pensent tout bas.
Boris Dilliès dit tout haut ce que d’autres libéraux bruxellois pensent tout bas. - Sylvain Piraux.

Même s’il a perdu cinq sièges et sa majorité absolue à Uccle, Boris Dilliès, fait un peu figure de miraculé en étant l’un des deux derniers bourgmestres libéraux de la capitale. Il est aussi le vice-président de la régionale bruxelloise du MR, dirigée par Didier Reynders. C’est dire si son avis compte chez les bleus de la Région. Il a livré au Soir son analyse sur la situation des libéraux à Bruxelles après les élections de dimanche. « On ne va pas tourner autour du pot, c’est une gigantesque tôle qu’on vient de prendre. Alors qu’on a longtemps été la première force à Bruxelles, on est troisième parti ». L’Ucclois demande de la lucidité aux libéraux : « La prise de conscience environnementale, elle est mondiale ! Se dire que si on perd c’est parce qu’il y a eu le rapport du Giec et qu’il a fait dix degrés de plus, c’est un peu court… On pourrait aussi se dire que le mauvais temps, c’est la faute de la majorité en place, donc autant qu’il fasse beau et alors on gagne ? Tout ça, c’est grotesque. » Il continue : « Avoir comme seule réponse aux problèmes de mobilité à Bruxelles la petite blague qui consiste à dire que c’est parce qu’on a un ministre de l’Immobilité, ça ne va pas. (…). Il faut venir avec des solutions, arrêter de pleurnicher ».

Boris Dilliès en appelle à Didier Reynders pour mener la bataille des prochaines élections : « On parle toujours de l’aura, de la popularité, du potentiel de Didier Reynders. C’est une réalité, c’est un atout pour le MR bruxellois. Mais ça nous fait une belle jambe si cet atout n’est pas assez exploité. Il doit donner le ton, il ne peut pas rester au balcon ».

A lire sur Le Soir+ : l’entretien complet de Boris Dilliès

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite