Christie’s consacre quelques œuvres importantes

Ce « Paravent » exécuté vers 1929 par Francis Bacon, a été vendu plus de 2,7 millions d’euros !
Ce « Paravent » exécuté vers 1929 par Francis Bacon, a été vendu plus de 2,7 millions d’euros ! - Christie’s.

Christie’s

F igure en mouvement par Francis Bacon, vendu plus de 22,5 millions d’euros ! L’estimation publiée dans le catalogue de la vente courait entre 15 et 20 millions de livres sterling et le résultat s’y est conformé : 19.921.250 livres. Cette œuvre (198 par 148 cm) exécutée en 1972 fait référence à l’un des épisodes les plus dramatiques de la vie du peintre anglais, le suicide de son compagnon George Dyer, moins de deux jours avant l’ouverture, le 26 octobre 1971, de l’importante rétrospective que le Grand Palais consacrait à l’artiste. Seul Picasso avait eu droit avant lui à un tel honneur et l’événement revêtait une signification particulière pour Bacon. George Dyer y était omniprésent en tant que modèle du maître depuis qu’ils s’étaient rencontrés huit ans plus tôt. Une relation tempétueuse s’ensuivit, ce qui n’empêcha pas l’artiste d’être hanté par la disparition de son ami. Ce tableau en est la preuve, mais il n’est pas le seul. L’historien de l’art britannique Michael Peppiatt considère d’ailleurs que la mort de George Dyer est une étape, tant artistique qu’humaine dans le parcours de Francis Bacon, un drame qui lui a permis de posséder sa propre tragédie, ce qui l’affranchit de sujets à consonances mythologiques ou religieuses.

Le prix payé est le plus important de la vente et la seule enchère à huit chiffres de la dispersion du catalogue d’art d’après-guerre et contemporain, et ce malgré l’estimation entre 10 à 15 millions de livres d’un Cracked Egg (Blue) par Jeff Koons. Aux antipodes de la peinture viscérale de Bacon, cette « sculpture » sans émotion, à la perfection technique clinique, est restée sur le carreau. Londres n’est heureusement pas New York et, malgré la mondialisation, il reste heureusement une différence de goût entre les clients des deux capitales du marché de l’art !

La surprise du « Paravent »

Estimé entre 700.000 et un million de livres, « Paravent » a créé la surprise en changeant de main contre plus de 2,7 millions d’euros. Datant d’environ 1929, lorsque l’artiste n’a que vingt ans, elle est ambitieuse, à la fois par sa taille carrée de 183 centimètres de côté que par son sujet aux figures altières. Les historiens de l’art y décèlent l’influence de Picasso, de Léger, mais aussi de Chirico. L’on peut aussi y voir la préfiguration du goût de Bacon pour les triptyques. Exposée depuis près de dix ans à la Tate Britain, cette œuvre ne pouvait que séduire les admirateurs de l’artiste.

Il existe rarement de génération spontanée chez les artistes et la plupart d’entre eux doivent beaucoup à leurs prédécesseurs. Cette œuvre, préalablement estimée entre 450.000 et 650.000 livres, a été payée 548.750 livres (un peu moins de 625.000 euros). Une somme rondelette pour un tableau qui témoigne notamment de l’influence du surréalisme dans l’œuvre précoce de Francis Bacon. Cette huile sur toile de 91,5 par 61,5 centimètres est la seule œuvre qui subsiste de l’exposition que l’artiste avait organisée dans son atelier en novembre 1930. Jalon dans le parcours artistique de Bacon, elle a su séduire un musée ou un collectionneur érudit.

Lucian Freud est, avec Francis Bacon, l’un des deux grands maîtres de l’école anglaise de l’après-Guerre. Bien que leur style soit radicalement différent, les deux hommes se fréquentaient et Christie’s proposait un rare dessin au crayon sur papier (environ 55 par 43 cm) de Bacon par Freud. L’estimation préalable était de 500.000 à 700.000 livres et le résultat final est de 584.750 livres (665.000 euros). Exécuté en 1951, cette œuvre montre un Bacon juvénile, quoique déjà trentenaire. Intimiste, grâce au coup de crayon de Freud, il dévoile un homme à l’intériorité affirmée.

Lucian Freud a portraituré son ami en 1951 et le dessin s’est échangé contre 665.000 euros.
Lucian Freud a portraituré son ami en 1951 et le dessin s’est échangé contre 665.000 euros. - Christie’s.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une touche d’humour dans la fin de campagne de Boris Johnson
: une vidéo parodiant le film «
Love actually
» et promettant, en pancartes «
détournées
», l’aboutissement du processus du Brexit.

    Les élections législatives au Royaume-Uni, un air de deuxième référendum Brexit

  2. Même s’ils ne le disent pas ouvertement, les deux informateurs privilégient l’arc-en-ciel élargi.

    Coalition fédérale: l’arc-en-ciel élargi au CD&V est en pole position

  3. CLIMATE CONFERENCE COP25 MADRID WEDNESDAY

    COP25: les Belges proches d’un accord sur un plan climat insuffisant

La chronique
  • Requiem pour M.

    Une femme blonde habillée de noir avec un collier de perles, embrasse le visage d’une jeune femme aux cheveux très courts, façon punk, allongée dans son cercueil. L’image est incroyable. Insoutenable pour certains, troublante pour d’autres. Très belle en fait, et forte, si forte. Cette photo, parue avec bien d’autres dans le New York Times en fin de semaine dernière est celle de Marieke Vervoort, athlète paralympique belge et multimédaillée. C’est Marieke qui est dans ce cercueil de bois, et c’est sa maman Odette qui l’embrasse, alors qu’elle vient juste de mourir. A sa demande. Par euthanasie.

    Cette photo d’une intimité absolue, les parents de Marieke l’ont découverte en même temps que les lecteurs du New York Times sur le site du journal, le jour de la publication d’un très long article qui raconte la mort désirée de l’athlète paraplégique, mais aussi des mois qui ont précédé cette fin de vie vécue comme une libération. Le dimanche, le journal américain a publié le récit complet dans un...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite