Wallon(ne)s, une assurance vous attend, profitez-en!

Valérie De Bue.
Valérie De Bue. - Roger Milutin/Le Soir.

Ce n’est peut-être encore qu’un pas parmi d’autres, mais c’est un grand pas destiné à mieux protéger les Wallons en matière d’immobilier. Sur proposition de la ministre du Logement Valérie De Bue, le gouvernement wallon a accepté la semaine dernière en première lecture un projet d’arrêté qui réforme l’assurance de pertes de revenus pour cause de perte d’emploi ou d’incapacité de travail.

On le sait, ces deux facteurs peuvent peser lourd sur le remboursement d’un emprunt hypothécaire. Un jour, tout va bien et le lendemain, c’est la catastrophe. Depuis 1999, les Wallons peuvent bénéficier d’une assurance qui les couvre s’ils perdent leur boulot ou s’ils sont victimes d’un accident qui les empêche de travailler. Totalement gratuite, cette assurance est toutefois sous-utilisée. « Seulement 2.000 dossiers sont introduits par an alors que l’on connaît la difficulté d’acquérir, mais aussi de conserver, un logement, indique à ce sujet Valérie De Bue. C’est pourquoi nous avons décidé de rendre cette assurance bien plus attractive. »

La ministre et ses collaborateurs ont ainsi planché sur trois points. Primo, celui qui voulait acheter un logement et bénéficier de l’assurance devait s’engager à réaliser des travaux de rénovation pour minimum 7.500 euros. L’arrêté prévoit purement et simplement de supprimer cette condition. On pourra donc profiter de l’assurance sans être obligé de rénover.

Secundo, les ménages wallons auront à l’avenir 12 mois au lieu de 6 après la signature de l’acte de prêt pour demander leur assurance. En outre, les délais liés à l’occupation du logement ont également été pris en compte : l’assurance pourra être souscrite à condition d’occuper le bien dans les 24 mois de la réception provisoire en cas de construction, contre les 6 mois actuels. On aura ainsi plus de temps pour rénover.

Enfin, troisième point : depuis 1999, les montants de l’intervention de l’assurance n’ont jamais été réévalués. La ministre et ses collaborateurs ont dès lors proposé de passer à une intervention annuelle maximale de 9.000 euros, contre 6.200 euros actuellement. Le plafond maximal d’intervention passe quant à lui à 27.000 euros (18.600 euros aujourd’hui). En cas d’indemnisation, on reçoit donc davantage.

Reste au texte à être définitivement adopté et quand il le sera, aux Wallons… à demander en masse cette assurance qui est clairement à prendre comme une aide au logement. Ce texte s’inscrit, en effet, dans un renforcement général de la politique du logement mise en place par le gouvernement wallon, après d’autres mesures facilitatrices (abattement des droits d’enregistrement de 20.000 euros, baisse des droits d’enregistrement pour la vente en viager et les donations, exonération totale des droits de succession sur le logement familial…).

Bientôt, il n’y aura plus qu’à en profiter…

Sur le même sujet
Rénovation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. B9725012694Z.1_20201022085834_000+G75GU044U.1-0

    Coronavirus: politiquement, l’heure d’un premier assouplissement est venue

  2. Une fuite de documents internes révélait l’espionnage de certains groupes privés de travailleurs américains constitués sur Facebook, afin de déceler «d’éventuelles futures grèves ou manifestations».

    Amazon, le géant qui craignait les syndicalistes

  3. Eng1202011270722

    Coronavirus: les politiques prêts à assouplir le confinement, contre l'avis des experts

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 24»: Ginette

    Il y a quelques semaines, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est Marie qui décide d’appeler sa copine Ginette dont elle n’a plus de nouvelles depuis le début de la crise. Ce ne sont pas des amies de toujours mais elles se sont beaucoup fréquentées à un moment de leurs vies. A l’époque, Marie travaillait dans un bureau situé dans une grande maison de plusieurs étages et Ginette vivait au premier. Elles se voyaient pas mal.

    Donc un matin, Marie compose le numéro de son amie, qui décroche et lui dit : « Oh mais c’est gentil, ça, de me téléphoner ! » Là, ça devient tragique, sorry, mais accrochez-vous juste un petit peu, c’est plus léger après. « Comme ça », poursuit Ginette, » on va pouvoir se dire adieu parce que demain, je vais me faire euthanasier. » Franco.

    Marie est déboussolée quand même parce que : un, elle l’aime beaucoup, cette fille. Deux, elle, ça fait des mois qu’elle a...

    Lire la suite

  • Le temps n’est pas aux disputes de chiffonniers ou communautaires

    Relâcher la bride ou pas ? Ce vendredi, le Comité de concertation va devoir prendre des décisions délicates. Le grand défi pour le Premier ministre, les ministres-présidents et ministres concernés sera de le faire avant tout avec le sentiment qu’ils partagent les mêmes préoccupations fondamentales et la même compréhension de la difficulté. De mener une discussion d’adultes et pas de chiffonniers. De ne pas venir à la table avec chacun ses « clients » – moi les commerçants, toi les médecins, moi les pédicures, toi les...

    Lire la suite