Accueil Belgique Politique

Conflit Espagne-Flandre: Didier Reynders n’interpellera pas l’ambassadeur espagnol en Belgique

L’Espagne a annoncé rompre ses relations diplomatiques avec la Flandre.

Temps de lecture: 2 min

L’Espagne a levé le statut diplomatique du délégué de la Flandre au sein de l’ambassade de Belgique après des déclarations du président du parlement flamand Jan Peumans qui ont offensé Madrid dans le contentieux catalan. Il avait envoyé une lettre à une indépendantiste catalane emprisonnée, dans laquelle il affirmait que la détention de responsables politiques catalans prouvait que « le gouvernement central en Espagne ne remplissait pas les critères d’une Union européenne démocratique et moderne ».

Dans le collimateur des autorités espagnoles figureraient également des propos tenus par M. Peumans mercredi dernier à l’occasion de l’inauguration d’une exposition photo au parlement flamand, en présence de l’ex-président indépendantiste catalan, Carles Puigdemont. À l’occasion de cette exposition consacrée à la lutte catalane pour l’indépendance, M. Peumans a fait référence à une exposition précédente sur le drame de Srebrenica, en 1995 en Bosnie-Herzégovine. Il a souligné à cette occasion le soutien de la Flandre aux aspirations indépendantistes de ces deux régions et l’importance de la démocratie parlementaire.

« Inédit dans l’histoire de l’Union européenne »

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois a demandé à Didier Reynders le ministre des Affaires étrangères d’appeler l’ambassadeur d’Espagne en Belgique et de le rappeler à l’ordre. «  C’est un incident diplomatique très grave » a déclaré Geert Bourgeois devant le Parlement flamand qui évoque la liberté d’expression et la séparation des pouvoirs.

« C’est inédit dans l’histoire de l’Union européenne. C’est la sanction la plus sévère qui s’applique lorsqu’un diplomate s’est mal comporté (crimes, espionnage). Ce n’est pas le cas ici »

Geert Bourgeois va rencontrer l’ambassadeur d’Espagne ce vendredi. Quant à Didier Reynders, via son porte-parole, il a fait savoir qu’il n’interviendrait pas dans ce dossier et ne rencontrerait donc pas l’ambassadeur d’Espagne.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par VERDOODT-COLART Jean-Marie, mercredi 17 octobre 2018, 18:34

    Entièrement d'accord avec M. Reynders.

  • Posté par Coets Jean-jacques, mercredi 17 octobre 2018, 18:16

    La liberté d'expression a bon dos ! Elle n'est pas absolue, cette belle liberté : négationisme, racisme, sexisme... On peut le regretter, mais c'est la règle : toute liberté a ses limites. La limite ici, c'est le respect. Le respect d'un parlement démocratique qui est dû à un pays démocratique. On ne peut pas traiter un pays démocratique comme les politiciens de la Nva le font sans s'attendre à un retour de flamme. Ils ont pris l'habitude de pouvoir dire tout et (surtout) n'importe quoi sans aucune réaction ou presque de la part des politiciens belges, notoirement les francophones. Alors bien sûr, ils en sont tout étonné, les pauvres petits...

  • Posté par Mente Daniel, mercredi 17 octobre 2018, 18:04

    Pour faire simple: la diplomatie est un art, non un comportement ou une opinion.

  • Posté par Constant Depièreux, mercredi 17 octobre 2018, 17:52

    Intervenir au niveau national revient à cautionner les dérives des mandataires N-VA et à exposer la Belgique aux risques des mêmes sanctions. Qu'ils assument leurs errements.

  • Posté par christian Leroy, mercredi 17 octobre 2018, 17:26

    V'là une bonne nouvelle pour Bart et sa bande!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une