Le budget recalé par la Commission européenne? «Fake news», évoque Charles Michel

Charles Michel © Belga
Charles Michel © Belga

Tout part d’un article du Tijd révélant que le budget belge a été recalé par la Commission européenne et qu’un courrier a été envoyé au gouvernement fédéral pour lancer un avertissement à la Belgique.

Acte I

Le gouvernement Michel a reçu un courrier de la Commission européenne lui indiquant que son budget 2019 était recalé écrit De Tijd. « La Belgique fait désormais partie – avec la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal – des pays qui ont reçu pareille réprimande de l’Europe ».

« Ridicule », réagit immédiatement le ministre des Finances Johan Van Overtveld qui s’offusque de la comparaison avec la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal.

Et le PS d’envoyer un communiqué dans la foulée pour dénoncer « l’échec total » du gouvernement. Pour Ahmed Laaouej, le chef de groupe PS à la Chambre, cette situation est la résultante des « mauvais choix » du gouvernement durant la législature.

Acte II

S’ensuit la réaction de premier ministre Charles Michel qui affirme que la Commission européenne n’avait pas de problème avec la Belgique, évoquant une « fake news ».

« J’ai eu un entretien hier avec M. Juncker (le président de la Commission, NDLR) sur le sujet, il m’a dit littéralement : dites à votre presse nationale qu’il n’y a pas de problèmes avec la Belgique », déclare le Premier au deuxième jour d’un sommet européen à Bruxelles.

« C’est un échange classique de lettres entre la Commission et un État membre sur la stratégie de réformes et sur notre situation budgétaire. Bien entendu, nous devons encore faire des progrès mais nous avons déjà fait beaucoup d’efforts », a pointé M. Michel, avant de détailler une série de mesures prises par son exécutif au cours des dernières années.

Acte III

Vient ensuite, la réaction de la Ministre du Budget, Sophie Wilmès qui s’étonne des informations écrites par le Tijd : « A ce jour, la Belgique n’a reçu aucune notification de la Commission européenne. Nous n’avons reçu, non plus, aucune indication à ce stade qui nous laisserait présager un refus quelconque de la Commission. Un contact a été pris avec la Commission dès ce matin pour obtenir des clarifications à ce sujet. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite