Budget recalé par la Commission: «L’échec est total», d’après le PS

Ahmed Laaouej © Belga
Ahmed Laaouej © Belga

« L ’échec est total », juge jeudi le chef de groupe PS à la Chambre Ahmed Laaouej après que la Commission européenne a estimé insuffisant le budget de la Belgique, au même titre que ceux de l’Italie, la France, l’Espagne et le Portugal. La Belgique risque à nouveau d’être placée en procédure de déficit excessif.

Pour Ahmed Laaouej, cette situation est la résultante des « mauvais choix » du gouvernement durant la législature. Les réinvestissements dans la police et la lutte contre le terrorisme n’expliquent pas « l’ampleur du problème ».

« Le gouvernement Michel paie, et fait payer à l’ensemble de la population, les cadeaux offerts aux entreprises sans lien avec une obligation de création d’emplois et d’investissements. On l’observe, la part des emplois créés en lien avec la réduction des cotisations sociales (tax shift) est secondaire. L’argent consacré aux baisses de cotisations ne se retrouve plus dans les caisses de l’État », s’alarme le député socialiste.

Par ailleurs, le gouvernement a créé « un climat de défiance » en se coupant de certains agents économiques comme les ménages, poursuit-il. Le saut d’index, la hausse de la TVA sur l’électricité et les économies dans la Sécurité sociale ont plombé la demande intérieure.

À cela s’ajoute, selon M. Laaouej, « la mauvaise gestion permanente » du département des Finances. « On a été de pantalonnade en pantalonnade dans l’estimation des recettes fiscales ».

Autre élément qui entraîne la réaction du chef de groupe socialiste, « il aura fallu quatre ans pour attendre un plan contre la fraude fiscale, en particulier la fraude fiscale grave, et on n’en connaît toujours pas le contenu ». Il reproche à l’ex-secrétaire d’État Elke Sleurs de n’avoir rien fait, et à « la droite » d’avoir saboté les conclusions de la commission Panama.

Enfin, ce gouvernement a également « freiné » la demande publique en réalisant 3 milliards d’euros d’économies dans la SNCB, en coupant de façon linéaire dans les départements et à la Justice.

Fort de ce constat, Ahmed Laaouej en appelle à « une autre politique économique » qui lie le soutien aux entreprises à la création d’emplois et à l’investissement, et qui soutienne les ménages.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite