Budget recalé par la Commission: «L’échec est total», d’après le PS

Ahmed Laaouej © Belga
Ahmed Laaouej © Belga

« L ’échec est total », juge jeudi le chef de groupe PS à la Chambre Ahmed Laaouej après que la Commission européenne a estimé insuffisant le budget de la Belgique, au même titre que ceux de l’Italie, la France, l’Espagne et le Portugal. La Belgique risque à nouveau d’être placée en procédure de déficit excessif.

Pour Ahmed Laaouej, cette situation est la résultante des « mauvais choix » du gouvernement durant la législature. Les réinvestissements dans la police et la lutte contre le terrorisme n’expliquent pas « l’ampleur du problème ».

« Le gouvernement Michel paie, et fait payer à l’ensemble de la population, les cadeaux offerts aux entreprises sans lien avec une obligation de création d’emplois et d’investissements. On l’observe, la part des emplois créés en lien avec la réduction des cotisations sociales (tax shift) est secondaire. L’argent consacré aux baisses de cotisations ne se retrouve plus dans les caisses de l’État », s’alarme le député socialiste.

Par ailleurs, le gouvernement a créé « un climat de défiance » en se coupant de certains agents économiques comme les ménages, poursuit-il. Le saut d’index, la hausse de la TVA sur l’électricité et les économies dans la Sécurité sociale ont plombé la demande intérieure.

À cela s’ajoute, selon M. Laaouej, « la mauvaise gestion permanente » du département des Finances. « On a été de pantalonnade en pantalonnade dans l’estimation des recettes fiscales ».

Autre élément qui entraîne la réaction du chef de groupe socialiste, « il aura fallu quatre ans pour attendre un plan contre la fraude fiscale, en particulier la fraude fiscale grave, et on n’en connaît toujours pas le contenu ». Il reproche à l’ex-secrétaire d’État Elke Sleurs de n’avoir rien fait, et à « la droite » d’avoir saboté les conclusions de la commission Panama.

Enfin, ce gouvernement a également « freiné » la demande publique en réalisant 3 milliards d’euros d’économies dans la SNCB, en coupant de façon linéaire dans les départements et à la Justice.

Fort de ce constat, Ahmed Laaouej en appelle à « une autre politique économique » qui lie le soutien aux entreprises à la création d’emplois et à l’investissement, et qui soutienne les ménages.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

  3. Selon les dernières estimations, l’Europe des nations et des libertés, groupe auquel appartiennent notamment la Ligue de Salvini, le Rassemblement national de Le Pen, le FPÖ du déchu Strache, le Vlaams belang, les Allemands de l’AfD et le Parti pour la liberté de Wilders, obtiendrait 75 sièges sur les 751.

    Elections européennes: la droite radicale populiste va-t-elle dominer le scrutin européen?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite