Le parquet de Huy lance un avis de recherche après l’agression sexuelle d’une accompagnatrice de train

Le parquet de Huy lance un avis de recherche après l’agression sexuelle d’une accompagnatrice de train

A la requête du parquet de Huy, la police lance un avis de recherche après l’agression sexuelle d’une accompagnatrice de la SNCB le dimanche 16 septembre 2018, vers 23h10, sur la ligne 125 reliant Namur et Liège. Le suspect est monté à bord du train à la gare de Statte et est descendu à la gare de Huy.

La jeune accompagnatrice a été victime d’une agression physique dans le train, près de la gare de Huy. La SNCB avait confirmé à l’époque qu’une enquête interne avait été ouverte, mais sans confirmer la nature de l’agression. Selon l’avis de recherche, l’individu a commis une tentative de viol sur l’accompagnatrice de train.

«  L’homme est âgé d’environ 25 ans. Il mesure 1m85 et est de corpulence normale. Il a les cheveux châtain clair et une barbe. Au moment des faits, il portait un jean bleu délavé, un t-shirt gris avec des inscriptions sur le devant », indique le descriptif.

Selon RTLinfo, l’accompagnatrice aurait subi plusieurs attouchements de la part d’un passager en état d’ivresse, qu’elle aurait réussi à pousser hors du train à Huy.

Les enquêteurs invitent toute personne ayant des renseignements pouvant les aider à prendre contact avec eux via le numéro gratuit 0800 30 300 ou par mail via avisderecherche@police.belgium.eu.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. JP Marielle

    Marielle, cette voix de timbré!

  2. Abdelhamid Abaaoud était traqué par les services de renseignements du monde entier. Il a pourtant pu commettre les attentats de Paris.

    Terrorisme: comment les renseignements français ont traqué Abaaoud

  3. Laurette Onkelinx.

    Laurette Onkelinx, la dernière séance: «La politique est gloutonne, j’ai payé le prix fort»

Chroniques
  • Grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite