Réforme de la formation des enseignants: les étudiants craignent une «élitisation» de la profession

Réforme de la formation des enseignants: les étudiants craignent une «élitisation» de la profession

Les associations étudiantes réagissent jeudi de manière plutôt mitigée à la réforme de la formation initiale des enseignants, approuvée en dernière lecture par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles hier/mercredi. Si l’Union des étudiants de la Communauté française (Unécof) salue l’allongement des études, une solution «  raisonnable », la Fédération des étudiants francophones (Fef) craint elle une «  élitisation » des études et de la profession.

Le changement le plus notable pour les étudiants sera l’allongement des études : s’ils avaient le choix entre étudier 3 ans (en haute école) ou 5 ans (à l’université), tous devront dorénavant se former en 4 ans minimum, avec deux ans de bachelier et deux de master.

Un coût plus important

Se former plus longtemps signifie un coût plus important : «  une année d’étude coûte entre 8.000 et 10.000 euros », souligne Morgane Justens, présidente de l’Unécof. Pour la Fef, cela pose un réel problème. Selon la fédération, des études plus longues éloignent un public avec un profil socio-économique moins élevé, qui ne peut se permettre de payer cette année supplémentaire.

«  Les études d’infirmier ont été allongées d’une année et on constate moins d’inscriptions et une évolution dans le profil des étudiants », explique Maxime Michiels, président de la Fef. «  Alors qu’auparavant, de nombreux étudiants étaient issus de filières professionnelles ou techniques, ils viennent désormais surtout de l’enseignement général » dont le profil socio-économique est plus élevé.

Un autre son de cloche résonne du côté de l’Unécof : même si l’allongement a suscité quelques inquiétudes auprès des étudiants, l’organisation salue la solution choisie. «  Beaucoup d’étudiants sont surchargés lors de leur formation en trois ans : il y avait trop de cours, trop de stages… Ils n’arrivaient pas à suivre le rythme très rapide. Allonger à quatre ans semble donc raisonnable », estime Mme Justens.

Point d’accord

Un autre point d’achoppement sur lequel s’accordent les deux associations : le test de diagnostic de la maîtrise de la langue française obligatoire à l’entrée des études. L’étudiant aura deux chances pour le réussir. En cas d’échec, son programme d’études sera allégé et il devra suivre une remédiation comptant pour 5 crédits au second quadrimestre. «  Ce qui obligera l’étudiant à abandonner un autre cours car il ne peut totaliser plus de 60 crédits en première année », pointe Mme Justens. « Nous sommes contents que le gouvernement ait abandonné l’idée d’un test contraignant mais ce n’est toujours pas idéal. Ce qui pêche surtout est la maîtrise de l’orthographe, qui peut s’acquérir tout au long de la formation. »

La Fef considère également qu’une « remédiation ne va pas résoudre ce qui n’a pas été fait pendant 12 ans d’enseignement obligatoire. On va juste pointer du doigt l’étudiant, qui reçoit en pleine figure qu’il ne maîtrise pas suffisamment le français », dénonce Maxime Michiels.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite