Réforme de la formation des enseignants: les étudiants craignent une «élitisation» de la profession

Réforme de la formation des enseignants: les étudiants craignent une «élitisation» de la profession

Les associations étudiantes réagissent jeudi de manière plutôt mitigée à la réforme de la formation initiale des enseignants, approuvée en dernière lecture par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles hier/mercredi. Si l’Union des étudiants de la Communauté française (Unécof) salue l’allongement des études, une solution «  raisonnable », la Fédération des étudiants francophones (Fef) craint elle une «  élitisation » des études et de la profession.

Le changement le plus notable pour les étudiants sera l’allongement des études : s’ils avaient le choix entre étudier 3 ans (en haute école) ou 5 ans (à l’université), tous devront dorénavant se former en 4 ans minimum, avec deux ans de bachelier et deux de master.

Un coût plus important

Se former plus longtemps signifie un coût plus important : «  une année d’étude coûte entre 8.000 et 10.000 euros », souligne Morgane Justens, présidente de l’Unécof. Pour la Fef, cela pose un réel problème. Selon la fédération, des études plus longues éloignent un public avec un profil socio-économique moins élevé, qui ne peut se permettre de payer cette année supplémentaire.

«  Les études d’infirmier ont été allongées d’une année et on constate moins d’inscriptions et une évolution dans le profil des étudiants », explique Maxime Michiels, président de la Fef. «  Alors qu’auparavant, de nombreux étudiants étaient issus de filières professionnelles ou techniques, ils viennent désormais surtout de l’enseignement général » dont le profil socio-économique est plus élevé.

Un autre son de cloche résonne du côté de l’Unécof : même si l’allongement a suscité quelques inquiétudes auprès des étudiants, l’organisation salue la solution choisie. «  Beaucoup d’étudiants sont surchargés lors de leur formation en trois ans : il y avait trop de cours, trop de stages… Ils n’arrivaient pas à suivre le rythme très rapide. Allonger à quatre ans semble donc raisonnable », estime Mme Justens.

Point d’accord

Un autre point d’achoppement sur lequel s’accordent les deux associations : le test de diagnostic de la maîtrise de la langue française obligatoire à l’entrée des études. L’étudiant aura deux chances pour le réussir. En cas d’échec, son programme d’études sera allégé et il devra suivre une remédiation comptant pour 5 crédits au second quadrimestre. «  Ce qui obligera l’étudiant à abandonner un autre cours car il ne peut totaliser plus de 60 crédits en première année », pointe Mme Justens. « Nous sommes contents que le gouvernement ait abandonné l’idée d’un test contraignant mais ce n’est toujours pas idéal. Ce qui pêche surtout est la maîtrise de l’orthographe, qui peut s’acquérir tout au long de la formation. »

La Fef considère également qu’une « remédiation ne va pas résoudre ce qui n’a pas été fait pendant 12 ans d’enseignement obligatoire. On va juste pointer du doigt l’étudiant, qui reçoit en pleine figure qu’il ne maîtrise pas suffisamment le français », dénonce Maxime Michiels.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

Chroniques
  • La même que moi, la même que la mienne…

    En matière de norme grammaticale, il est souvent difficile de trancher de manière péremptoire. Que penser, par exemple, de cette phrase : pour la même raison que moi , des milliers de manifestants seront dans la rue ce dimanche ? De nombreux francophones ne verront aucun problème dans cet énoncé ; mais il s’en trouvera qui préféreront : pour la même raison que la mienne.

    La deuxième formulation exprime une comparaison entre deux termes de même rang syntaxique (la même raison et la mienne), alors que la première corrèle un complément (la même raison) et le sujet (moi) d’un verbe sous-entendu. Cette dissymétrie, parfois ressentie comme peu soignée, ne peut être taxée d’incorrecte. Libre à vous d’en user de la même façon que moi. Ou que la mienne…

    La même question que lui ?...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite