Piquet de grève devant le dépôt du groupe Mestdagh

© Photo News
© Photo News

Les travailleurs de Mestdagh ont bloqué vendredi matin dès 6 heures l’accès au dépôt logistique de leur groupe à Gosselies. Le piquet de grève est une façon pour eux de mettre la pression sur la direction avant une nouvelle rencontre programmée cet après-midi.

Depuis l’annonce en mai dernier d’une restructuration et l’ouverture d’une procédure Renault, direction et syndicats ont multiplié les rencontres. Selon les syndicats, elles achoppent sur une série de points, dont certains sont jugés cruciaux comme la « full-polyvalence », les mutations obligatoires ou encore le volume d’heures dédiées à certains magasins.

« Nous pouvons accepter une certaine polyvalence, mais nous voulons que celle-ci soit encadrée et organisée », a notamment indiqué Evelyne Zabus, permanente CNE.

Concernant les heures de travail par magasin, les syndicats estiment que celles-ci sont souvent insuffisantes pour faire fonctionner certains magasins.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le raisonnement est connu, en substance
: le paysage politique hérité des élections du 26 mai est ingérable.

    Le scénario qui circule pour le gouvernement fédéral: un retour aux urnes en janvier-février 2020

  2. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  3. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite