Accueil Opinions Cartes blanches

La psychologie sociale, un outil pour démonter les préjugés sur les réfugiés

Répondre à l’afflux des réfugiés ? Maintenant plus que jamais ! Neuf professeurs de psychologie sociale apportent un éclairage par le prisme de leur discipline.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Par son importance, l’afflux des réfugiés interpelle notre société car il questionne nos modes de cohésion sociale et d’entraide. Comment optimiser un ‘vivre-ensemble’ quand le terrain se montre propice aux malentendus et aux conflits ? La situation engendre une foule d’émotions chez nos compatriotes. Ces sentiments sont humains ! Mais quels en sont les antécédents et sur quoi débouchent-ils ? Depuis plus de 70 ans, la psychologie sociale étudie la question des relations parfois tumultueuses entre les groupes. Il s’agit de cerner à la fois les facteurs qui alimentent le rejet de l’autre et ceux qui contribuent à une vie sociale plus harmonieuse. Sur base de ces connaissances, quel diagnostic peut-on tirer et quelles voies d’action s’offrent à nous ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs