Accueil Opinions

Raphaël Glucksmann, essayiste: « Le macronisme est un vide intersidéral »

Pour Raphaël Glucksmann, plutôt que de dresser des listes de « réacs », les progressistes devraient retourner dans les endroits qui étaient des terres acquises la gauche et qui lui sont aujourd’hui toutes hostiles.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 10 min

Raphaël Glucksmann avait à peine dix ans quand le mur de Berlin vola en éclats. Le monde semblait réconcilié, l’Histoire achevée. La démocratie était appelée à s’étendre sur l’ensemble du globe, la mondialisation à rapprocher les hommes. Funeste torpeur : aujourd’hui, le populisme et le repli sur soi règnent un peu partout en maîtres.

La « génération Erasmus » – ces jeunes gens instruits, nomades, qui ont souvent le cœur gauche – a la gueule de bois, pour reprendre le titre d’un de ses essais précédents. Mais Raphaël Glucksmann se refuse à verser dans l’aigreur ou le cynisme. Dans son nouvel ouvrage, Les Enfants du vide, qui vient de sortir chez Allary Éditions, plutôt que de se borner à dresser des listes de réacs et de traîtres, il tente de comprendre pourquoi, depuis une dizaine d’années au moins, élection après élection, la gauche progressiste vole d’échec en échec un peu partout en Europe. Il avance aussi, en homme de gauche, quelques idées pour remonter la pente.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Mine , lundi 22 octobre 2018, 12:24

    "vide intersideral", typique des beaux parleurs de notre époque qui doivent surtout trouver le terme qui épate et faire les titres de journaux. A chacun so bla-bla.

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs