Brexit: des centaines de milliers de personnes réclament un 2e référendum à Londres (vidéo)

Edition numérique des abonnés

Plus d’un demi-million de personnes ont bruyamment participé à «  la plus grande manifestation sur le Brexit  », selon les organisateurs, samedi à Londres, pour réclamer un référendum sur l’accord final, encore négocié entre Londres et Bruxelles à cinq mois de l’échéance.

Il s’agit aussi du «  plus important rassemblement  » depuis la manifestation contre la guerre en Irak qui avait réuni un million de personnes en 2003 dans la capitale britannique, s’est réjoui « People’s Vote » (Le vote du peuple) dans un communiqué. Selon ce mouvement militant pour un « vote populaire » et réunissant plusieurs associations europhiles, quelque 570.000 personnes ont répondu à son appel à manifester. Interrogée par l’AFP, la police britannique n’a pas communiqué de chiffre de son côté.

Sous un doux soleil automnal, la foule compacte s’est rassemblée dans l’après-midi devant le Parlement britannique et dans les rues alentours, agitant de nombreux drapeaux européens, après avoir parcouru le centre de Londres et traversé le quartier des ministères en soufflant avec enthousiasme dans des sifflets.

Edition numérique des abonnés

Edition numérique des abonnés

Les organisateurs estiment que les Britanniques, qui se sont prononcés à 52 % en faveur de la sortie de l’UE lors du référendum du 23 juin 2016, auraient voté différemment s’ils avaient eu conscience des réels enjeux du Brexit.

L’idée d’un nouveau référendum a gagné en popularité ces derniers mois au Royaume-Uni et des personnalités politiques de tous bords la soutiennent, notamment l’ex-Premier ministre Tony Blair.

Edition numérique des abonnés

Mais ce rassemblement risque peu de convaincre Theresa May, fermement opposée à cette idée. « Il n’y aura pas de second référendum. Les gens ont voté », a déclaré la cheffe de gouvernement mercredi, déterminée à «  mettre en œuvre  » le résultat du référendum, le Brexit étant prévu le 29 mars 2019.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Le président Macron en visite d’Etat en Belgique: pour quoi faire?

  2. Samedi, ils étaient environ 300.000 à travers le pays, a comptabilisé le ministère de l’Intérieur. Ils ont pris d’assaut les ronds-points, les rocades, les accès aux supermarchés.

    Pourquoi le gouvernement français n’entend pas céder aux gilets jaunes

  3. Photo News

    Rallye d’Australie: Hyundai, ou la continuité… dans la défaite!

  • Les «Gilets jaunes», un Mad Max finalement écologique

    La pollution nuit à l’homme et à son environnement. C’est un axiome.

    Or la voiture pollue. Et parce qu’elle pollue, tout doit être mis en œuvre pour que ses impacts négatifs soient réduits au maximum. Dans ce contexte, l’augmentation des accises sur les carburants est classiquement présentée comme un frein au gâchis environnemental.

    Cette évidence ne peut toutefois occulter les préoccupations des « gilets jaunes ». La hausse des taxes sur le diesel...

    Lire la suite