Mort de Khashoggi: l’Allemagne prête à geler ses exportations d’armes vers l’Arabie saoudite

Mort de Khashoggi: l’Allemagne prête à geler ses exportations d’armes vers l’Arabie saoudite

L’Allemagne s’est dit prête samedi à un éventuel gel de ses exportations d’armes vers l’Arabie Saoudite, suite à des explications jugées «insuffisantes» de Ryad sur la mort à Istanbul du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Alors que beaucoup de questions restent sans réponse après le meurtre début octobre du journaliste au consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul, «tant que ces questions resteront ouvertes, je ne peux pas m’imaginer qu’il y ait une base positive au sein du gouvernement allemand pour approuver des exportations d’armes vers l’Arabie saoudite», a déclaré samedi soir le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas dans une interview à la chaîne de télévision allemande ARD.

Berlin a par ailleurs jugé «insuffisantes» les explications de l’Arabie saoudite, dans un communiqué conjoint de la chancelière Angela Merkel et du chef de la diplomatie allemande.

Riyad a admis, 17 jours après la disparition de Jamal Khashoggi, que le journaliste saoudien avait été tué à l’intérieur du consulat du royaume à Istanbul, sans toutefois révéler d’informations permettant de localiser son corps.

Cet assassinat a mis le gouvernement d’Angela Merkel sous pression en raison des importantes exportations d’armes vers l’Arabie Saoudite. L’Allemagne a délivré au 30 septembre des licences d’exportation d’une valeur de 416,4 millions d’euros vers l’Arabie Saoudite pour 2018, n’étant devancée que par l’Algérie avec 741,3 millions d’euros.

Sur le même sujet
Khashoggi
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite