Le choix du F-35 pour remplacer les F-16 serait acté

© Dominique Duchesnes | Le Soir
© Dominique Duchesnes | Le Soir

Le choix de l’avion de combat américain F-35 pour remplacer les F-16 vieillissants est fait, mais il reste au gouvernement - et en particulier au Premier ministre Charles Michel - à trouver la formule pour expliquer cette décision, de préférence à une solution européenne, ont indiqué dimanche plusieurs sources gouvernementales.

Le gouvernement fédéral a lancé en mars 2017 la procédure de sélection d’un nouvel avion de combat - un marché d’une valeur initiale de 3,6 milliards d’euros, mais d’une valeur de 15 milliards d’euros sur la durée de vie de l’appareil, estimé à une quarantaine d’années.

A la recherche de la bonne communication

Deux gouvernements ont répondu dans les règles à l’appel d’offres: les Etats-Unis, qui proposent le chasseur furtif de 5ème génération F-35 Lightning II du groupe américain Lockheed Martin, et le Royaume-Uni, qui promeut l’Eurofighter du consortium éponyme, rassemblant également l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie.

Après deux conseils ministériels restreints, l’un le 4 octobre et le second mercredi dernier, le gouvernement dispose de tous les éléments pour prendre une décision en pleine connaissance de cause. Selon plusieurs sources gouvernementales, la décision est toutefois implicitement déjà prise, en faveur du F-35.

«Le gouvernement cherche encore la formule qui permette d’assumer un choix américain», ont indiqué en substance plusieurs sources gouvernementales à l’agence Belga sous le couvert de l’anonymat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous