«Désolé pour ma ‘violence’»: la défense de Tariq Ramadan contredite par des SMS

©D.R
©D.R

Tariq Ramadan a rendez-vous lundi midi chez les juges d’instruction parisiens pour leur donner sa nouvelle version des faits après la révélation récente de centaines de SMS échangés avec l’une des deux femmes qui l’accuse de l’avoir violée, voici neuf ans.

Un an après la première plainte contre lui, au début du mouvement #MeToo, les quelque 399 SMS exhumés d’un vieux téléphone de la deuxième plaignante sont désormais au cœur de l’enquête sur l’intellectuel musulman, incarcéré depuis sa mise en examen le 2 février pour viol sur deux femmes.

Relation explicite

Cette femme, surnommée « Christelle » dans les médias, a dénoncé un viol commis lors de leur unique rencontre le 9 octobre 2009 à Lyon, après neuf mois de relation à distance. Or l’islamologue suisse de 56 ans a toujours nié tout rapport physique avec cette femme. Lors de leur confrontation le 18 septembre, Tariq Ramadan n’avait concédé qu’un « jeu de séduction » et réaffirmé n’avoir bu qu’un verre avec cette « mythomane » au bar de l’hôtel. Il avait ensuite déposé une troisième demande de libération, rejetée depuis.

La semaine suivante, sa version était contredite par la remise d’une expertise dévoilant 399 SMS échangés du 31 août au 15 décembre 2009 et qui témoignent d’une relation suivie et explicite. En prévision de leur rendez-vous, Tariq Ramadan y détaillait par avance ses fantasmes sexuels violents et dominateurs, qui concordent avec la description initiale des faits par « Christelle » : gifles, coups de poing, cheveux tirés, humiliations… «  J’ai senti ta gêne… désolé pour ma ‘violence’», reconnaissait-il le lendemain. «  Tu n’as pas aimé… je suis désolé  », écrivait-il après dans l’un de ses 255 messages.

Mensonges et manipulations

Mais chacune des parties interprète désormais ces messages à son avantage : témoignage d’une relation consentie pour la défense, preuve des mensonges et des manipulations de Tariq Ramadan pour les parties civiles.

L’horodatage des 144 SMS de « Christelle » n’ayant pas été retrouvé, l’enquête doit reconstituer le fil des conversations, où sont évoqués aussi menaces et contacts qu’elle avait noués à cette période avec des adversaires de l’islamologue. Dans un de ces messages non datés, « Christelle » écrit «  tu m’as manqué dès que j’ai passé la porte  » et dans un autre «  si je passais un mauvais moment je serais partie  ».

«  La vraie question est de savoir s’il y a eu viol et ces messages de la partie civile disent clairement non  », avait commenté Me Emmanuel Marsigny, avant de demander aux juges de réentendre son client.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bart De Wever, président de la N-VA et Charles Michel restent en opposition sur le pacte migratoire.

    Pourquoi Bart De Wever s’obstine à dénoncer le pacte migratoire

  2. Un «
cerveau de la combine
»
: ainsi Carlos Ghosn a été qualifié par Hiroto Saikawa, l’actuel directeur général de Nissan.

    Ghosn sur un siège éjectable aussi chez Renault

  3. «
Nous discuterons de tout cela au sein du gouvernement jeudi et vendredi probablement, il est préférable sans doute de ne pas laisser traîner les choses.
»

    Kris Peeters (CD&V) sur le pacte migratoire: «Je soutiens totalement Charles Michel»

Chroniques
  • Quel sera le nouveau mot de l’année?

    Quel sera le « nouveau mot de l’année » 2018 ? L’an dernier, c’est « Fake news » qui avait emporté les suffrages des lecteurs du Soir. Lequel lui succédera ?

    Pas de changement pour ce quatrième millésime de l’opération menée par Le Soir et l’UCL. La formule reste la même. Et l’objectif aussi : il s’agit toujours, en s’appuyant sur les propositions du grand public, de faire émerger le mot ou la locution qui a connu une diffusion significative en 2018 et que l’on ne trouve pas encore dans l’édition la plus récente des dictionnaires usuels du français tels que le Petit Robert ou le Larousse.

    Concrètement : la première phase est lancée ce mercredi. Il s’agit de recueillir les propositions des lecteurs du Soir via notre site internet. C’est important : le mot ou la locution que vous soumettrez doit être accompagné d’une (courte) définition. Il est possible de soumettre des propositions de néologismes jusqu’au 30 novembre.

    En...

    Lire la suite

  • La Belgique doit approuver le pacte migratoire

    Vous approuvez le pacte migratoire, ou vous partez. Il nous revient que le Premier ministre, Charles Michel, a décidé d’opter pour la plus grande fermeté avec la N-VA concernant cet accord international, qui doit baliser les grands principes de coopération entre Etats du monde s’agissant de la migration.

    Après des mois de contorsions de la Belgique sur des principes humains aussi essentiels que l’interdiction d’enfermement des enfants ou la protection des demandeurs d’asile contre les traitements...

    Lire la suite