«Désolé pour ma ‘violence’»: la défense de Tariq Ramadan contredite par des SMS

©D.R
©D.R

Tariq Ramadan a rendez-vous lundi midi chez les juges d’instruction parisiens pour leur donner sa nouvelle version des faits après la révélation récente de centaines de SMS échangés avec l’une des deux femmes qui l’accuse de l’avoir violée, voici neuf ans.

Un an après la première plainte contre lui, au début du mouvement #MeToo, les quelque 399 SMS exhumés d’un vieux téléphone de la deuxième plaignante sont désormais au cœur de l’enquête sur l’intellectuel musulman, incarcéré depuis sa mise en examen le 2 février pour viol sur deux femmes.

Relation explicite

Cette femme, surnommée « Christelle » dans les médias, a dénoncé un viol commis lors de leur unique rencontre le 9 octobre 2009 à Lyon, après neuf mois de relation à distance. Or l’islamologue suisse de 56 ans a toujours nié tout rapport physique avec cette femme. Lors de leur confrontation le 18 septembre, Tariq Ramadan n’avait concédé qu’un « jeu de séduction » et réaffirmé n’avoir bu qu’un verre avec cette « mythomane » au bar de l’hôtel. Il avait ensuite déposé une troisième demande de libération, rejetée depuis.

La semaine suivante, sa version était contredite par la remise d’une expertise dévoilant 399 SMS échangés du 31 août au 15 décembre 2009 et qui témoignent d’une relation suivie et explicite. En prévision de leur rendez-vous, Tariq Ramadan y détaillait par avance ses fantasmes sexuels violents et dominateurs, qui concordent avec la description initiale des faits par « Christelle » : gifles, coups de poing, cheveux tirés, humiliations… «  J’ai senti ta gêne… désolé pour ma ‘violence’», reconnaissait-il le lendemain. «  Tu n’as pas aimé… je suis désolé », écrivait-il après dans l’un de ses 255 messages.

Mensonges et manipulations

Mais chacune des parties interprète désormais ces messages à son avantage : témoignage d’une relation consentie pour la défense, preuve des mensonges et des manipulations de Tariq Ramadan pour les parties civiles.

L’horodatage des 144 SMS de « Christelle » n’ayant pas été retrouvé, l’enquête doit reconstituer le fil des conversations, où sont évoqués aussi menaces et contacts qu’elle avait noués à cette période avec des adversaires de l’islamologue. Dans un de ces messages non datés, « Christelle » écrit «  tu m’as manqué dès que j’ai passé la porte » et dans un autre «  si je passais un mauvais moment je serais partie ».

«  La vraie question est de savoir s’il y a eu viol et ces messages de la partie civile disent clairement non », avait commenté Me Emmanuel Marsigny, avant de demander aux juges de réentendre son client.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boris Johnson savoure son succès, mardi, après le vote du parti conservateur. Mais les Européens l’attendent de pied ferme.

    Brexit: l’Union européenne attend les premiers signaux de Johnson

  2. Le vaccin contre la varicelle a permis une forte diminution des infections
invasives à streptocoque. © D.R.

    Des chercheurs belges craquent le code du streptocoque

  3. François de Rugy a l’intention de porter plainte pour diffamation contre Mediapart. Mais le site d’information maintient toutes ses révélations.

    France: François de Rugy (presque) blanchi

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Sauver la Terre, c’est aussi préserver l’être humain de l’asphyxie

    L’eau des climatiseurs pour se désaltérer quand les robinets ne s’ouvrent que sur du vide. Des points d’eau verrouillés pour empêcher les familles de puiser plus que leur quota quotidien. Des heures d’attente aux fontaines. Des ordres de passage tirés au sort pour éviter les bagarres. De l’eau achetée à prix d’or par les plus pauvres tandis que les riches pompent des nappes phréatiques exsangues. Des douches au compte-gouttes et des repas servis dans des feuilles d’arbre pour éviter la vaisselle à laver. Un homme lynché, des camions-...

    Lire la suite