Mort d’Alexia Daval: la découverte d’une bombe aérosol affaiblit à nouveau la défense de son mari (vidéo)

© Bruno Grandjean/ Photo News
© Bruno Grandjean/ Photo News

Une bombe aérosol sans bouchon a été découverte au domicile de Jonathann Daval, principal suspect du meurtre de son épouse Alexia il y a un an, tandis qu’un capuchon a été retrouvé près du corps partiellement calciné de la victime, a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

Ces éléments, révélés lundi par Le Parisien-Aujourd’hui en France, ont fait l’objet d’une expertise remise en septembre au juge d’instruction en charge de l’enquête, selon le quotidien qui en a livré les principales analyses.

La bombe aérosol, entamée, a été saisie lors d’une perquisition au domicile de l’informaticien de 34 ans et le capuchon «  en tout point similaire à celui manquant sur la bombe » a été découvert près du corps d’Alexia, rapporte le journal.

Rappel des faits

Jonathann Daval, qui a avoué en janvier avoir tué son épouse avant de changer de version et d’accuser son beau-frère, a toujours nié être à l’origine des brûlures sur le corps de sa conjointe. Mais selon le rapport d’un expert mandaté par le juge d’instruction en charge de l’enquête, cité par Le Parisien, « le bouchon peut parfaitement correspondre à celui de la bombe ».

Celui-ci juge également « possible » l’utilisation « d’une bombe de polyuréthane pour tenter de faire brûler le corps », retrouvé partiellement calciné dans un bois le 30 octobre 2017 près de Gray-la-Ville (centre-est), où vivait le couple. L’expert se refuse toutefois à toute conclusion formelle car « la thèse d’une mise à feu à l’aide de polyuréthane n’est pas vérifiable techniquement ».

Après la découverte du corps de l’employée de banque de 29 ans, Jonathann Daval s’était présenté en veuf éploré avant que des éléments matériels ne conduisent les enquêteurs à en faire le principal suspect.

Placé en garde à vue le 30 janvier, il était passé aux aveux avant de changer de version et d’accuser début juillet son beau-frère, Grégory Gay, du meurtre, évoquant « un pacte secret » passé par la famille pour dissimuler les faits.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite