Mort d’Alexia Daval: la découverte d’une bombe aérosol affaiblit à nouveau la défense de son mari (vidéo)

© Bruno Grandjean/ Photo News
© Bruno Grandjean/ Photo News

Une bombe aérosol sans bouchon a été découverte au domicile de Jonathann Daval, principal suspect du meurtre de son épouse Alexia il y a un an, tandis qu’un capuchon a été retrouvé près du corps partiellement calciné de la victime, a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

Ces éléments, révélés lundi par Le Parisien-Aujourd’hui en France, ont fait l’objet d’une expertise remise en septembre au juge d’instruction en charge de l’enquête, selon le quotidien qui en a livré les principales analyses.

La bombe aérosol, entamée, a été saisie lors d’une perquisition au domicile de l’informaticien de 34 ans et le capuchon «  en tout point similaire à celui manquant sur la bombe » a été découvert près du corps d’Alexia, rapporte le journal.

Rappel des faits

Jonathann Daval, qui a avoué en janvier avoir tué son épouse avant de changer de version et d’accuser son beau-frère, a toujours nié être à l’origine des brûlures sur le corps de sa conjointe. Mais selon le rapport d’un expert mandaté par le juge d’instruction en charge de l’enquête, cité par Le Parisien, « le bouchon peut parfaitement correspondre à celui de la bombe ».

Celui-ci juge également « possible » l’utilisation « d’une bombe de polyuréthane pour tenter de faire brûler le corps », retrouvé partiellement calciné dans un bois le 30 octobre 2017 près de Gray-la-Ville (centre-est), où vivait le couple. L’expert se refuse toutefois à toute conclusion formelle car « la thèse d’une mise à feu à l’aide de polyuréthane n’est pas vérifiable techniquement ».

Après la découverte du corps de l’employée de banque de 29 ans, Jonathann Daval s’était présenté en veuf éploré avant que des éléments matériels ne conduisent les enquêteurs à en faire le principal suspect.

Placé en garde à vue le 30 janvier, il était passé aux aveux avant de changer de version et d’accuser début juillet son beau-frère, Grégory Gay, du meurtre, évoquant « un pacte secret » passé par la famille pour dissimuler les faits.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite