Décès de Gilberto Benetton, un des fondateurs de la marque éponyme

Gilberto Benetton © Reuters
Gilberto Benetton © Reuters

Gilberto Benetton, un des fondateurs de la marque de vêtements éponyme, est décédé lundi soir à l’âge de 77 ans des suites d’une maladie, a annoncé dans la soirée le groupe italien.

« Gilberto Benetton est décédé aujourd’hui à son domicile de Trévise des suites d’une maladie. Il a été assisté dans ses derniers moments par sa femme Lalla, ses filles Barbara et Sabrina et son gendre Ermanno », indique un bref communiqué.

Son décès suit de trois mois celui de son frère plus jeune, Carlo, mort en juillet à l’âge de 74 ans.

Gilberto, avec ses frères Luciano et Carlo, et sa sœur Giuliana, avait fondé l’entreprise en 1965 à Ponzano Veneto, un village du nord-est de la péninsule, d’abord en l’axant sur la maille.

L’idée était venue de Luciano, l’aîné de la fratrie, et rapidement, les petits pulls doux en laine déclinés en de multiples couleurs avaient séduit les foules.

Succès de la marque entre 1982 et 2000

Le succès des « United Colors of Benetton » était ensuite allé grandissant, jusqu’à devenir planétaire entre 1982 et 2000 avec les campagnes publicitaires chocs du photographe Oliviero Toscani, comme celle qui montrait une femme noire donnant le sein à un enfant blanc.

Gilberto Benetton était vice-président de Edizione srl, la holding de la famille Benetton, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 12,1 milliards d’euros.

Il était également vice-président d’Autogrill, le groupe de restauration rapide dont l’actionnaire principal est sa famille avec 50,1 % des actions.

Il siégeait aussi dans les conseils d’administration des groupes Benetton, Atlantia, Mediobanca, Pirelli et Allianz, selon l’agence AGI.

La famille détient également des biens immobiliers et des entreprises agricoles et a des participations dans l’assureur italien Generali, dans la banque d’affaires italienne Mediobanca ou dans le groupe espagnol des télécommunications Cellnex.

La famille est également le principal actionnaire d’Atlantia, la société propriétaire du gestionnaire d’autoroutes Autostrade per l’Italia qui gérait le pont qui s’est effondré à Gênes en août, faisant 43 morts.

Gilberto Benetton était considéré comme étant à l’origine de la diversification de Benetton dans ces divers domaines, a ajouté AGI.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez a relancé son parti, mais les sondages ne vont pas jusqu’à lui accorder une prochaine majorité absolue.

    Par Elise Gazengel

    Europe

    Espagne: le blocage politique se profile dans les urnes

  • Une marionnette à l’effigie de Theresa May n’est pas passée inaperçue dans le cortège de centaines de milliers de manifestants anti-Brexit qui a déferlé, samedi, dans les rues de Londres.

    Par AMANDINE ALEXANDRE

    Europe

    Brexit: Theresa May résiste aux appels à la démission

  • Ce dimanche, Recep Tayyip Erdogan a tenu meeting dans un district d’Istanbul, ressassant sans relâche ses thèmes de prédilection.

    Par Anne Andlauer

    Europe

    Turquie: la campagne à outrance d’Erdogan

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un des auteurs de l’étude remarque que « le coût  du système des voitures  de société est supporté  par tout le monde, pour  un bénéfice concentré chez un nombre important  de gens, surtout des plus nantis ».

    Voitures de société: un système coûteux, inéquitable et polluant

  2. C’est dans le décor champêtre de la Vallée du Lac que Dimitri Fourny a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections.

    CDH, parti décapité cherche têtes de liste

  3. ©News

    Les bulletins des Diables rouges: une 100e cap fêtée de la plus belle des manières pour Eden Hazard

Chroniques
  • Gilets jaunes: et si une autre France, la vraie, descendait enfin dans la rue?

    Et le peuple, dans sa diversité, il s’exprime quand ?

    Et ceux, massivement majoritaires, qui partagent ou portent l’essentiel du message que le mouvement des gilets jaunes faisait à l’origine entendre, mais refusent de cautionner, par leur silence, une entreprise, consciente et concertée, de démolition de la République et de la Nation ? Qui entendent exprimer, à la fois, cet accord profond et ce désaccord total ? Ceux qui aspirent à une radicale transformation sociale et institutionnelle, culturelle aussi peut-être, de notre patrie commune, mais refusent son saccage par les éternels profiteurs du désordre établi, y compris du désordre néolibéral établi dont ils sont les enfants perdus… Ceux-là, comment peuvent-ils se faire, eux aussi, entendre ?

    Car cela suffit ! On ne peut plus subir passivement, face au reste du monde ébahi, les conséquences dévastatrices des petites manœuvres lamentables d’en haut et des manipulations factieuses dont est victime l’en bas.

    Jusqu’à quand les démocrates...

    Lire la suite

  • Non, Daesh n’est pas défait

    Les affirmations les plus répétées sont parfois les plus fausses : non, l’Etat islamique n’est pas défait. L’organisation a effectivement perdu le contrôle du dernier réduit d’un territoire qui, à son apogée, était aussi grand que la Grande-Bretagne. Mais l’EI, qui avait planifié sa mue forcée par la victoire des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis, reste une organisation puissamment structurée, financée, et elle est désormais totalement revenue à son mode d’action premier : la guérilla et le...

    Lire la suite