Décès de Gilberto Benetton, un des fondateurs de la marque éponyme

Gilberto Benetton © Reuters
Gilberto Benetton © Reuters

Gilberto Benetton, un des fondateurs de la marque de vêtements éponyme, est décédé lundi soir à l’âge de 77 ans des suites d’une maladie, a annoncé dans la soirée le groupe italien.

« Gilberto Benetton est décédé aujourd’hui à son domicile de Trévise des suites d’une maladie. Il a été assisté dans ses derniers moments par sa femme Lalla, ses filles Barbara et Sabrina et son gendre Ermanno », indique un bref communiqué.

Son décès suit de trois mois celui de son frère plus jeune, Carlo, mort en juillet à l’âge de 74 ans.

Gilberto, avec ses frères Luciano et Carlo, et sa sœur Giuliana, avait fondé l’entreprise en 1965 à Ponzano Veneto, un village du nord-est de la péninsule, d’abord en l’axant sur la maille.

L’idée était venue de Luciano, l’aîné de la fratrie, et rapidement, les petits pulls doux en laine déclinés en de multiples couleurs avaient séduit les foules.

Succès de la marque entre 1982 et 2000

Le succès des « United Colors of Benetton » était ensuite allé grandissant, jusqu’à devenir planétaire entre 1982 et 2000 avec les campagnes publicitaires chocs du photographe Oliviero Toscani, comme celle qui montrait une femme noire donnant le sein à un enfant blanc.

Gilberto Benetton était vice-président de Edizione srl, la holding de la famille Benetton, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 12,1 milliards d’euros.

Il était également vice-président d’Autogrill, le groupe de restauration rapide dont l’actionnaire principal est sa famille avec 50,1 % des actions.

Il siégeait aussi dans les conseils d’administration des groupes Benetton, Atlantia, Mediobanca, Pirelli et Allianz, selon l’agence AGI.

La famille détient également des biens immobiliers et des entreprises agricoles et a des participations dans l’assureur italien Generali, dans la banque d’affaires italienne Mediobanca ou dans le groupe espagnol des télécommunications Cellnex.

La famille est également le principal actionnaire d’Atlantia, la société propriétaire du gestionnaire d’autoroutes Autostrade per l’Italia qui gérait le pont qui s’est effondré à Gênes en août, faisant 43 morts.

Gilberto Benetton était considéré comme étant à l’origine de la diversification de Benetton dans ces divers domaines, a ajouté AGI.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite