Les logements représentent à eux seuls 15% des émissions de gaz à effet de serre en Belgique

© Belga
© Belga

Le parc immobilier belge est vétuste et énergivore. Les logements représentent à eux seuls 15% des émissions de gaz à effet de serre en Belgique. Et pourtant, le Belge semble peu conscientisé à cet égard et peu enclin à agir, ressort-il d’une enquête internationale publiée mardi par la banque ING.

De cette enquête, les Belges n’apparaissent pas comme les plus dynamiques en matière d’investissement durable dans leur habitation puisque seuls 45% déclarent avoir déjà agi, et ils sont encore moins à penser qu’ils pourraient faire davantage.

Au-delà de la conscientisation, des obstacles empêchent le Belge d’agir, en premier lieu le manque de budget (51%) et le manque d’information (21%).

Le Belge peu enclin à faire des aménagements

L’enquête s’est aussi penchée sur la question d’une subsidiation des initiatives en matière d’habitat. Interrogé quant à savoir s’ils seraient disposés à investir dans l’hypothèse où l’État paierait la moitié de certains aménagements, les répondants Belges semblent moins bien disposés que les autres répondants européens, soit qu’ils ne veulent pas payer (majorité en Flandre) ou qu’ils disent ne pas en avoir les moyens (majorité en Wallonie). Ainsi, seuls 30% des Wallons et 45% des Flamands seraient disposés à payer pour des panneaux solaires si l’État leur en payait la moitié, contre 65% des répondants, tous pays confondus, qui seraient prêts à le faire. Idem pour les aménagements qui permettent de gagner en efficacité énergétique, comme l’isolation: seuls 27% des Wallons et 38% des Flamands seraient disposés à payer la moitié de ces travaux.

En outre, les Belges apparaissent dans l’enquête comme les acheteurs les moins attentifs à l’empreinte énergétique de leur habitation lors d’un achat immobilier. En Belgique, 41% des acheteurs déclarent avoir prêté attention aux caractéristiques énergétiques de leur habitation lors de l’achat et seulement 32% disent s’être intéressé aux montants des factures énergétiques.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un seul et même billet dans une zone de 11,5 km autour de Bruxelles
: c’est bientôt une réalité. Reste à s’entendre sur les prix...

    Bruxelles: la grille tarifaire de la zone RER ne passe pas

  2. Les deux jeunes filles continueront «
jusqu’à ce que ce que les choses changent
».

    Anuna et Kyra, deux jeunes en grève pour le climat

  3. 1701-immigration choisie-SANS

    Asile: le défi du parrainage

Chroniques
  • «Les grands maux commencent par des mots»

    Pour les historiens de la Seconde Guerre mondiale, l’année 2019 sera faste, avec les commémorations du débarquement en Normandie, de la libération de la France et de la Belgique, et de la bataille des Ardennes. Déjà, les livres s’accumulent sur les tables des librairies et, à la télévision, les programmateurs ressortent des tiroirs les immenses succès que furent les films Le Jour le plus long, Il faut sauver le soldat Ryan et la série Frères d’armes.

    C’est comme si on entendait à nouveau la voix du général de Gaulle, le 25 août 1944 à l’hôtel de Ville de Paris, clamant devant une foule en liesse. «  Nous sommes ici chez nous dans Paris levé. Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré !  ». Ou l’annonce, vibrante, lyrique, de la libération de Bruxelles sur les ondes de la Radio nationale belge le 4 septembre 1944.

    Ce 75e anniversaire ne sera pas seulement un...

    Lire la suite

  • Brexit: c’est par où la sortie?

    Quelles que soient les erreurs européennes – et on ne peut douter qu’il y en a eu – dans la négociation de l’accord sur le Brexit, il est indéniable que c’est au Royaume-Uni que réside le problème nucléaire de cette affaire qui secoue l’Europe. La position dans laquelle ce pays et ses dirigeants se sont placés ressemble à ce sas de sous-marin qui peut ouvrir sur plusieurs issues. Alors que l’eau a déjà submergé la partie du vaisseau qu’ils viennent de quitter en refermant la porte étanche derrière eux, les membres d‘équipage se disputent...

    Lire la suite