Les éditions de L’Avenir amputées d’un quart de leur contenu

Les éditions de L’Avenir amputées d’un quart de leur contenu

Les différentes éditions de mercredi du journal L’Avenir sont amputées de 25 % de leur contenu, en réponse à l’annonce par la direction des Éditions de l’Avenir de son intention de supprimer 60 équivalents temps plein, soit environ un quart du personnel.

Toutes les pages sont amputées de 25 % des articles, la une y compris. Même les grilles TV, les pages locales, toutes éditions confondues, car L’Avenir va perdre 25 % de son personnel.

L’initiative vient de tous les salariés des Editions de l’Avenir.

La direction des Éditions de l’Avenir a annoncé mardi, au cours d’un conseil d’entreprise, son intention de supprimer 60 équivalents temps plein, sur un total de 280 travailleurs. Selon la direction, ce « plan de redéploiement », qui passe par un licenciement collectif, vise à garantir le futur de l’éditeur du journal L’Avenir dans un contexte de baisse généralisée des ventes des titres de presse.

Ces emplois menacés concernent principalement les services rédactionnels et commerciaux des Éditions de l’Avenir, le site web lavenir.net et sa version mobile et le JDE (Journal des enfants). Le magazine gratuit Proximag, édité par L’Avenir Advertising (LAA), n’est pas concerné, ni L’Avenir Hebdo (LAH) qui édite Moustique et TéléPocket.

Procédure Renault

Selon la direction des Éditions de l’Avenir, aux mains du groupe Nethys, la première phase d’information et de consultation de la procédure Renault démarrera cette semaine avec les représentants du personnel.

La direction évoque également un « plan de transformation et de croissance », qui prévoit « le renforcement de l’ancrage local et dans les grandes villes wallonnes, le développement d’une offre digitale d’information de qualité et la concrétisation des synergies entre les pôles Télécom et Média ». L’objectif est de faire du journal L’Avenir, deuxième quotidien francophone en Wallonie, avec 24,32 % de parts de marché et plus de 77.000 exemplaires vendus quotidiennement, le premier quotidien francophone.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite