De l’or congolais exporté illégalement raffiné par l’usine d’Alain Goetz selon une ONG

Une mine d’or en RDC © D.R.
Une mine d’or en RDC © D.R.

De l’or extrait des régions en conflit de l’est de la République démocratique du Congo (RDC) pourrait se retrouver sur les marchés internationaux et alimenter de grandes entreprises américaines après avoir été affiné en Ouganda par l’intermédiaire d’un réseau contrôlé par le Belge Alain Goetz, affirme l’ONG américaine anti-corruption The Sentry dans un récent rapport.

«  Une enquête menée par The Sentry provoque d’importantes préoccupations que l’or extrait dans des zones de conflit dans l’est de la République démocratique du Congo atteint les marchés internationaux, dont la chaîne d’approvisionnement de grandes entreprises américaines et (se retrouve) dans des produits que les consommateurs utilisent au quotidien », affirme ce rapport.

Des documents examinés et des interviews conduites par The Sentry suscitent une préoccupation sérieuse que le réseau d’entreprises contrôlé par le magnat belge Alain Goetz ait raffiné de l’or exporté en contrebande de l’est du Congo à (l’usine) African Gold Refinery (AGR) en Ouganda et l’a ensuite exporté par le biais d’une série d’entreprises vers les États-Unis et l’Europe, ajoute le rapport, publié en fin de semaine dernière.

L’ONG The Sentry (littéralement La Sentinelle) a été co-fondée par l’acteur Georges Clooney.

Selon des documents qu’elle a pu consulter, AGR a exporté en 2017 de l’or, d’une valeur d’environ 377 millions de dollars à un affilié apparent de la raffinerie de (l’entreprise anversoise) Tony Goetz NV basée à Dubai.

« De nombreuses sources interviewées par The Sentry ont identifié AGR comme source d’or de conflit provenant du Congo. AGR le dément et se déclare résolue à s’abstenir de toute action contribuant au financement du conflit » dans l’est de la RDC, ajoute le rapport.

Selon les Nations unies, l’or du conflit congolais fournit la majorité de leurs revenus aux acteurs armés présents dans l’est de la RDC et de 300 à 600 millions de dollars d’or sont ainsi exportés frauduleusement du Congo chaque année.

Toujours selon le rapport, deux trafiquants importants d’or ont reconnu à The Sentry qu’ils s’étaient livrés à la contrebande d’or de l’est du Congo à destination d’AGR et d’autres courtiers régionaux ont corroboré ces propos. Quatre courtiers régionaux ont aussi indiqué à The Sentry que les trafiquants Buganda Bagalwa et Mange Namuhanda, cités dans plusieurs rapports du groupe d’experts de l’ONU sur le Congo, ont fourni de l’or à AGR en 2017. AGR nie avoir reçu de l’or de ces marchands et des quantités significatives de ce minerai sans référence d’origine d’autres sources.

Selon The Sentry, plusieurs pratiques d’AGR laissent penser qu’il pourrait s’agir de blanchiment potentiel, tel que défini par le Groupe d’action financière (GAFI, un organisme intergouvernemental de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme).

L’or provenant de zones de conflit suit un itinéraire d’environ six étapes entre l’est de la RDC et les utilisateurs finaux, qui sont la joaillerie, les lingots d’or pour les investisseurs et les banques, ainsi que le secteur de l’électronique.

Des entreprises comme Amazon, Sony, General Electric (GE) et 280 autres sociétes américaines ont reconnu la raffinerie belge comme faisant partie de leur chaîne d’approvisionnement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite