Accueil Société

Le choix du F-35, un long parcours semé d’embûches

Sans grande surprise, le gouvernement a annoncé ce jeudi le nom du remplaçant de l’avion de chasse. Un processus de sélection qui ne s’est pas déroulé sans heurts.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Le gouvernement a annoncé le nom du successeur des F-16 de la force aérienne ce jeudi. Le F-35 américain l’a emporté face à son concurrent européen le Typhoon Eurofighter dans les sept critères de sélection examinés par les 33 experts de l’Accap, l’organisme chargé de la sélection au sein de l’armée belge.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par CLAUDE RICHEZ, jeudi 25 octobre 2018, 14:05

    LA MOITIE DES BELGES CREVENT DE FAIM,ET UN ENFANT SUR 4 VIT DANS LA PAUVRETE. les parturientes ( accocheées ) doivent quitter les maternités après 2 jours,au lieu de cinq antérieurement,par manque d'argent. Mais une bande de PLANQUES à décider d'acheter des avions.QUI EST LE SPECIALISTE DANS LA BANDE?

  • Posté par Tanghe Michel, jeudi 25 octobre 2018, 13:07

    Je ne discuterai pas du choix du F-35 pour remplacer le F-16, mais leur nombre me semble totalement insuffisant. Nous ne pouvons plus espérer que Napoléon puisse refouler les russes hors de nos frontières jusque Moscou et Mr Hitler s'est épuisé physiquement à chasser les mêmes individus sans aller malheureusement plus loin que Stalingrad. Et c'est bien dommage. Donc, ne comptons que sur nous même, européens convaincus, pour aider l'industrie militaire américaine économiquement exsangue à gagner nos futures guerres. {2°}

  • Posté par Pierre Lison, jeudi 25 octobre 2018, 17:29

    Curieuse vision de l’Histoire !

  • Posté par Remi Baeyens, jeudi 25 octobre 2018, 12:48

    Il semble que le soir est contre le choix américain. Ce qui est clair, c'est que l'Europe compte toujours sur le parapluie américain. L'Europe est incapable de développer sa propre politique de défense alors qu'il suffit de voir que les pays baltes qui font partie de l'union européenne se sentent fortement menacés par la Russie. Quand l'on voit qu'il faut 30 années au moins pour développer des technologies de défense capables de nous défendre, nous devrons toujours faire confiance au parapluie américain. le choix du gouvernement actuel est pragmatique: aucun avion européen est capable de respecter un cahier des charges réaliste. Que cette situation serve de leçon et commençons à créer une Europe de la défense, il faudra au moins 3à ans pour y arriver et pendant ce temps nous espérons être toujours protégé par le parapluie américain. Si nous continuons à regarder notre nombril et de se préoccuper de la part à la flandre et à la wallonie (n'oublions pas Bruxelles) espérons que les GI's seront toujours prêts à débarquer en Europe.

  • Posté par NOBEN Karl, jeudi 25 octobre 2018, 13:49

    "cahier de charge réaliste" qui comporte notamment la capacité de transporter une munition nucléaire dont la Belgique de dispose officiellement pas, qu'elle n'est pas censée acquérir vu ls traités qu'elle a ratifié et qu'on lui voit mal aller larguer pour le compte d'autrui ...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs