Theo Francken suspend le transfert des migrants en Belgique

© Belga
© Belga

Plus aucun réfugié n’est actuellement transféré en Belgique en vertu du système de réinstallation du Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR). En cause : le flux important des demandes d’asile et le taux d’occupation élevé des centres d’accueil, rapporte jeudi le journal ’De Standaard’.

La Belgique s’est engagée à accueillir cette année 1.150 migrants ayant besoin d’une protection internationale, essentiellement des Syriens en provenance de Turquie, du Liban et de Jordanie. Jusqu’à la semaine dernière, 879 réfugiés ont été pris en charge dans le cadre du programme de réinstallation du HCR. Les plus de 250 restants devront s’armer de patience. Le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), a décidé de suspendre la réinstallation des réfugiés au moins jusqu’à la fin de l’année, voire après les élections de mai 2019.

« Nous prenons nos responsabilités internationales. Pour 2018, notre pays s’est montré ambitieux avec la réinstallation de 1.150 réfugiés. À une mission près, toutes celles prévues cette année sont terminées. Mais pour l’année politique à venir, nous devons tenir compte du flux devenu croissant des demandes d’asile et du taux élevé d’occupation des centres d’accueil », justifie Theo Francken.

En 2013, la Belgique s’est dotée d’un programme structurel de réinstallation. Notre pays s’engage à accueillir chaque année un contingent de réfugiés vulnérables sélectionnés par le HCR. Il s’agit pour la plupart de femmes et d’enfants issus de camps.

Selon Fedasil, depuis 2013, 2.885 réfugiés ont été réinstallés en Belgique, dont 2.535 réfugiés syriens et 315 réfugiés congolais.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel croyait qu’il pourrait vaincre la tradition. Celle qui veut que le premier sommet rate.

    Charles Michel rate son pari: il faudra encore un sommet pour le budget européen

  2. Les caricatures antisémites de l’année dernière seront-elles de retour dimanche dans les rues d’Alost
? Il semble que oui
!

    Le carnaval d’Alost pourrait donner lieu à de nouveaux dérapages: comment en est-on arrivé là?

  3. PHOTO NEWS

    Désormais, Mehdi Carcela est décisif d’une autre manière au Standard

La chronique
  • Un smartphone {pliable} ou {pliant}?

    Voici quelques jours, votre quotidien favori a répercuté une annonce qui n’avait rien de téléphoné, semble-t-il : une célèbre entreprise sud-coréenne va commercialiser en Belgique son deuxième smartphone pliable. Un smartphone pliable  ? Moue dédaigneuse dans les chaumières branchées High-Tech, qui se transforme toutefois en jubilation quelques lignes plus loin : cette fois, il est question d’un smartphone pliant. Un smartphone pliant ? Au risque d’encourir les ricanements condescendants de certains geeks, ce billet va tenter d’explorer les plis et replis de ces téléphones que l’on dit intelligents.

    Ils plient tous…

    Cette chronique vous a proposé, il y a quelques semaines, une analyse des suffixes -ant et -...

    Lire la suite