Tour de France 2019: voici le parcours détaillé des deux premières étapes à Bruxelles (photos)

©Photonews
©Photonews

La 106e édition du Tour de France s’élancera de la Grand-Place de Bruxelles le samedi 6 juillet 2019 pour une étape en ligne de 192 km. La deuxième étape se déroulera également dans la capitale. Il s’agira d’un contre-la-montre par équipes de 27 kilomètres entre le Palais Royal et l’Atomium. Le 8 juillet, la troisième étape partira de Binche pour rejoindre Epernay, en France. C’est ce que les organisateurs de la course, ASO, ont confirmé jeudi lors de la présentation du parcours 2019, à Paris.

Ce deuxième Grand Départ à Bruxelles, après celui de 1958, permettra de fêter le cinquantième anniversaire de la première victoire finale d’Eddy Merckx. Le ’Cannibale’ est le coureur à avoir porté le plus souvent le maillot jaune, dont on célébrera le centenaire également en 2019.

1re étape – 6 juillet 2019 : Bruxelles – Charleroi – Bruxelles : 192 km

Le peloton s’élancera de la Grand-Place de Bruxelles et quittera la capitale belge par Molenbeek puis Anderlecht. Les coureurs retrouveront ensuite le fameux Mur de Grammont avant de passer par le Bosberg, Enghien, Charleroi, Braine-le-Comte et Seneffe. Courcelles, Gosselies, Genappe et Waterloo s’enchaîneront avant un retour sur Bruxelles via Tervuren. De là, le peloton traversera les rues de Woluwe-Saint-Pierre où Eddy Merckx avait endossé en 1969 son premier maillot jaune. L’arrivée se fera devant le château de Laeken.

2e étape – 7 juillet 2019 : Bruxelles – Bruxelles : 27 km

La deuxième étape sera un contre-la-montre par équipes à travers Bruxelles. Les coureurs partiront depuis le Palays Royal et fileront en direction de l’Avenue de Tervuren et Woluwe-Saint-Pierre. Les communes d’Auderghem, Watermael-Boitsfort, Ixelles et Etterbeek seront visitées avant de partir en direction du château de Laeken et de l’Atomium, arrivée de cette étape bruxelloise.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • CYCLING-ITA-GIRO

    Par E.C.

    Route

    Caleb Ewan bisse, avant l’ouverture d’un «autre Giro»

  • Arnaud Démare (à dr.) domine Elia Viviani (à g.).

    Par Eric Clovio

    Route

    Giro: Arnaud Démare ouvre son compteur

  • PHOTONEWS_10784342-227

    Par Eric Clovio

    Route

    Tour d’Italie: Vincenzo Nibali revoit la vie en rose

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur les bateaux munis d’une grue pour remonter les cordes, ce sont environ deux tonnes de moules par heure qui sont pêchées à partir de la fin du mois de mai.

    C’est déjà la saison des moules

  2. Binche, Estinnes et Morlanwelz rejoignent la toute nouvelle circonscription de Soignies-La Louvière.

    Elections 2019: les curieux comptes électoraux du SPF Intérieur

  3. La campagne du Belang vise principalement les jeunes.

    Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Petits partis: entrer en politique pour la changer, au risque que celle-ci vous change

    La démocratie est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres ». La citation de Winston Churchill est largement partagée au sein des listes citoyennes. Notre parlementarisme est devenu une particratie, sous le contrôle de coupoles présidentielles qui, souvent, décident au nom d’intérêts partisans ou de logique à court terme.

    Le désir de changement est profond, tant le système actuel semble en crise. Et c’est ce pas que franchit un nombre croissant de citoyens, décidés à « entrer...

    Lire la suite