Grève des bagagistes: près de 300 passagers ont passé la nuit à Brussels Airport, 18 vols supprimés

La grève spontanée annoncée vendredi par les bagagistes d’Aviapartner provoque actuellement la suppression de 18 vols à Brussels airport, a indiqué la porte-parole de l’aéroport Nathalie Pierard. Près de 300 voyageurs ont par ailleurs passé la nuit dans le bâtiment aéroportuaire, a précisé Florence Muls, également porte-parole de l’entreprise.

Dix vols à l’arrivée, tous effectués par la compagnie irlandaise Ryanair, et cinq vols au départ de Brussels airport sont annoncés supprimés pour l’instant.

Une réunion est prévue en matinée, vers 10h30, chez Aviapartner. « Les perturbations risquent donc de durer jusqu’à minimum midi », a prévenu Mme Pierard.

25 vols annulés jeudi

Brussels aiport conseille aux voyageurs de s’informer auprès de leur compagnie aérienne et de voyager léger.

Vers 17h30 jeudi, les travailleurs ont déjà arrêté de charger les bagages et d’effectuer la maintenance sur le tarmac, ce qui a « un impact immédiat pour les passagers », a indiqué Florence Muls. 25 vols avaient été annulés. Le syndicat socialiste a justifié l’action des travailleurs d’Aviapartner, qui assure notamment la manutention des avions de Ryanair et TUI fly, par « une absence totale de concertation sociale » au sein de l’entreprise.

Les vols de Brussels Airlines ne sont pas concernés, la compagnie belge travaillant avec Swissport.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite