Accueil Belgique Politique

F-35: Airbus laisse planer un doute sur la participation belge à l’avion de combat du futur

Airbus n’est pas surpris de la décision de la Belgique d’acheter des F-35 américains mais regrette ce choix.

Temps de lecture: 2 min

Le groupe européen Airbus a indiqué vendredi « prendre note avec de sincères regrets » de la décision du gouvernement belge de sélectionner le chasseur américain F-35 pour succéder aux F-16 vieillissants, de préférence à l’Eurofighter Typhoon, en semblant indiquer qu’elle fermait la porte à une participation belge au programme de futur avion de combat européen.

Airbus Defence &Space (ASD), partenaire du programme Eurofighter avec BAE Systems (Royaume-Uni) et Leonardo (Italie), a affirmé dans un communiqué « accepter la décision » belge, tout en se déclarant conscient des « forts liens » qui existent entre la Belgique et les États-Unis sur les questions industrielles de défense.

« Dès lors, la décision d’hier (jeudi) n’est pas une surprise complète », souligne la filiale militaire d’Airbus.

Eurofighter, une retombée de 19 milliards pour l’économie belge

ASD se dit toutefois « fermement convaincue » que l’offre proposée par l’équipe Eurofighter, composée de partenaires industriels au Royaume-Uni, en Allemagne en Italie et en Espagne, aurait représenté un meilleur choix pour la Belgique à la fois en termes de capacités opérationnelles qu’en ce qui concerne les opportunités industrielles.

La solution Eurofighter aurait débouché sur plus de 19 milliards d’euros de contribution directe à l’économie belge.

Ce partenariat aurait aussi ouvert la voie à l’adhésion de la Belgique au programme d’avion de combat du futur – le Scaf, en anglais FCAS pour «  Future Combat Air System » – sur lequel Airbus a commencé à plancher avec son partenaire industriel, le groupe français Dassault Aviation, ajoute le communiqué.

« C’est une occasion manquée de renforcer la coopération industrielle européenne au moment à l’Union européenne est appelée à renforcer ses efforts en matière de défense », conclut le texte.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Op De Beeck Philippe, samedi 27 octobre 2018, 17:35

    ... et pourtant "il" ne cesse de répéter qu' "il" est un Européen convaincu !!! "Il" va nous répéter que c'était le meilleur choix pour la Belgique ... comme dit Tanghe Michel , La Nva a fait son choix et le gouvernement l'a entériné. Quel cinéma !!!

  • Posté par Tanghe Michel, samedi 27 octobre 2018, 11:05

    La Nva a fait son choix et le gouvernement l'a entériné. Cela n'est pas sans conséquence et nous devons accepter ce qui en découle… S'en offusquer me semble pour le moins déplacé. L'épaisseur des enveloppes a certainement joué sur la décision et la politique n'en sortira pas grandie. Une fois de plus !

  • Posté par michel meylemans, vendredi 26 octobre 2018, 18:31

    A la botte des américains, à la botte de la NVA.... quand je pense que le père de ce faible 1er ministre est un européen convaincu et que de tous temps Loiuis Michel a défendu l'UE face à l’hégémonie des USA qui rappelons le n'espère qu'une chose et ce depuis longtemps.... c'est la fin de l'UE. Triste et pénible Belgique

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 26 octobre 2018, 18:09

    La Belgique à tout de même acheté 4 Airbus A400M Atlas alors qu'elle aurait pû acheté de nouveaux C130. Ça n'est pas la même chose que le F-35, mais cela existe tout de même. Et Airbus n'a pas brillé dans son développement particulièrement pénible. Si ça caffouille autant sur le projet SCAF bien plus complexe qu'un appareil militaire de transport, on n'aura rien avant 30 ans! Le Rafale et l'Eurofighter ont eu besoin de 20 années de développement, rappelons-le. Et eux aussi sont bien moins complexes que ce que le SCAF sera, s'il voit jamais le jour. Le F-35 aussi a connu une vingtaine d'années de développement. Si on avait dû attendre que Trump ne soit plus à la Maison Blanche pour décider, nous n'aurions de toute manière pas pû attendre le SCAF. Choisir le Typhoon ou le Rafale nous engageait pour 30 à 40 ans (l'âge de nos F-16) avec des appareils qui ont déjà 20 ans dans l'aile. Nous ne pouvions pas choisir ces appareils de manière intérimaire, le temps que le SCAF soit opérationnel. Non, vraiment, il fallait attendre que Trump soit parti et prolonger les F-16 de quelques années.

  • Posté par Sergio Formisani, vendredi 26 octobre 2018, 17:53

    Les USA n'auraient jamais accepté que leurs missiles à charge nucléaire basés à Kleine Brogel auraient été accrochés aux pods d' avions de combat autres que "made in USA". Intransigeance totale des USA vis à vis de la Belgique.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une