Accueil Médias

La rédaction de L’Avenir désavoue son directeur

L’assemblée générale du personnel de L’Avenir a décidé de ne plus considérer Philippe Lawson comme un interlocuteur pertinent

Temps de lecture: 3 min

Le personnel des Editions de l’Avenir, réuni vendredi après-midi en assemblée générale à Bouge, a décidé à l’unanimité, moins deux abstentions, de ne plus considérer le directeur des rédactions, Philippe Lawson, comme interlocuteur pertinent dans le cadre de son travail quotidien. « Cela signifie, spécialement pour les journalistes, que ces derniers ne reconnaissent plus son autorité en tant que manager de la rédaction, ni son rôle éditorial », annonce la société des rédacteurs (SDR) du quotidien. Samedi matin, un éditorial signé par le personnel marquera la rupture de confiance avec le directeur des rédactions Philippe Lawson.

La SDR appelle la direction du quotidien à « ne plus le considérer comme interlocuteur pertinent dans le cadre des négociations en cours sur le plan social et la réorganisation des rédactions, ainsi que dans le cadre des choix techniques à opérer. Le personnel demande instamment au management exécutif de l’entreprise de désigner comme interlocuteurs premiers et pertinents dans tous ces domaines les deux rédacteurs en chef adjoints actuellement membres du Management Team, Vincent Etienne et Olivier Deheneffe ».

La SDR réclame également « que soit rapidement lancé un appel à candidatures pour la désignation d’un rédacteur en chef, en interne. En excluant de parachuter sans concertation un rédacteur en chef ou un directeur des rédactions, comme ce fut le cas précédemment, avec les résultats que l’on sait ».

L’assemblée générale a été convoquée après un conseil d’entreprise qui a duré cinq heures. C’est la première fois que la direction et les syndicats des Editions de l’Avenir (EDA) se rencontraient depuis l’annonce faite mardi d’un plan de restructuration impliquant 60 suppressions d’emploi sur 280. Les représentants du personnel sont ressortis déçus de ce Conseil d’entreprise, déplorant le peu de chiffres reçus. On sait néanmoins que 36 ETP (équivalents temps plein) sont concernés dans la rédaction sur 156, 20 ETP sur 60 dans les services commerciaux et administratifs et 4 ETP au service support (informatique). Plus d’une cinquantaine de personnes seraient concernées par un départ anticipé à 56 ans et plus.

Yves Berlize, le directeur général des Editions de l’Avenir a réagi à la décision du personnel de désavouer Philippe Lawson. « Il n’y a aucun doute que le plan que nous avons déposé sera mis en œuvre et que cela sera fait par le management de L’Avenir dans son ensemble, y compris donc avec Philippe Lawson. Je lui réaffirme tout mon soutien ». Il voit dans la réaction du personnel l’expression de l’émotion suscitée par la restructuration. « Il y a des tensions. C’est normal ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Soirmag Voir les articles de Soirmag